Herbin Herbin 1933 13 Le drame de la peinture atteint un paroxysme aigu com- me tous les drames humains aujourd'hui. L'immense boule- versement enframe toutes les activités et le problème con- siste moins a se défendre confre le milieu social hostile qu'a voir clair dans ce bouleversement et a prendre part a I'ceu- vre de destruction et de construction. Jusqu'a ce jour, I 'artiste a été traqué et exploité par les possédants il I'a toujours été autant, aujourd'hui, il y a 10 ans, un siècle, 20 ou 50 siècles. Dans tous les temps et partout, quelques-uns seulement ont flatté et se sont adap- tés au pouvoir des possédants, l'immense majorité des autres n'a fait que souffrir et produire des oeuvres dans les pires conditions. Indépendamment des commergants ou financiers qui ont toujours su exploiter les ceuvres de qualité produites par les artistes réfractaires, novateurs, il a existé, il existe un art officiel, enseigné, encouragé par l'appareil d'Etat, tendant a exalter la vertu, la puissance du pouvoir d'Etat, c'est-a- dire a couvrir d'oripeaux éclatants toutes les aberrations du pouvoir d'Etat. Devons-nous détruire l'art officiel capita- liste pour le remplacer par un autre art officiel. Le pouvoir officiel qui décrète l'art, qui commande l'art, qui fagonne les artistes, qui détruit la qualité, qui détruit la personna- lité, n a jamais produit qu'une immense médiocrité. Un art officiel qui changerait de nom et de maitres, en gardant les mêmes procédés, aboutirait a la .même médiocrité. La Révo- lution et son aboutissement, la société communiste, ne peut, a aucun degré, adopter cette attitude, qui serait contraire a son but essentiel, qui est la liberation. La création artistique, c'est-a-dire le fait artistique vi- vant, original, qui prend place dans la suite ininterrompue des faits artistiques qui constituent l'histoire de l'art dans ses périodes d'ascension et de aécadence, n'a jamais inté ressé vraiment que des minorités cultivées, qu'on les appelle initiés, spécialistes, ou autrement, même dans les époques oü l'art sleva it plus ou moins vers une conscience collec tive parfois, aussi, les étres simples acceptant et aimant d'instinct, avec humilité, la beauté, sans discussions ni con ditions. L'ignorance en matière d'art est presque totale et il s'agit pour la masse d'un immense travail d'éducation. II n'y a d'hermétisme que dans l'ignorance ou Terreur propagée cf entretenue avec soin, consciemment ou inconsciemment. De la transformation du milieu social, par la révolution, apportant une sécurité matérielle, même trés modeste, mais une sécurité, Tartiste attend des possibilités culturelles mul- tipliées, et personne n'est plus qualifié que Tartiste créateur pour décider des voies de sa culture. Forme et fond sont les deux termes d'un même fait. La forme, c'est le fond, le fond, c'est la forme. La relation de ces deux termes est trés étroite, et toujours, étroitement liés, sur le même plan, ou plus bas, ou moyen, ou plus haut. Impossible de s'épuiser en recherches formelles, absurdité Impossible d'analyser une matière morte, absurdité. Impos sible de confondre les moyens avec la fin, absurdité. La forme c'est le fond. II n'est que d'apprécier la qualité du fait, les causes du fait, les consequences du fait. Que des artistes, au fond, prennent conscience des réalités présentes ou en gestation, qu'il congoivent la forme ineluctable pour exprimer cette conscience, personne n'y peut rien. Que les oeuvres de ces artistes n'intéressent, au moment ou elles sont créées, que peu de personnes, rien n'y peut rien en core, et cela ne fait que confirmer ce qui existe depuis tou jours et ce qui existera toujours. Vouloir pénétrer dans cette force, en voie d'accomplissement, soit pour les besoins du capital, soit pour les besoins du prolétariat, soit oour la conservation, soit pour la révolution, est une absurdité, une ingerence odieuse qui ne peut que perturber, détruire la qualité, détruire les possibiiités propres aux ceuvres de cette force, propres aux moyens de ces oeuvres, sur le terrain d'action propre a ces ceuvres, et entrainer la médiocrité, comme Ta surabondamment démontré l'art officiel bour geois. Lart reste basé sur la personnalité, et Tartiste créateur est toujours, d'abord et logiquement, seul contre tous. Im possible de concevoir, autrement, la haute signification et la haute qualité de l'art. Qui done avait qualité, dans Ie passé, pour indiquer a tous les maitres de 1'art le chemin qu'ils devaient suivre Qui done a qualité, dans le pré sent, pour indiquer aux artistes créateurs le chemin qu'ils doivent suivre en dépit des souffrances matérielles et mo rales, en depit de tout et de tous Qui done aura cette même qualité dans I'avenir Les révolutionnaires n'annon- cent-ils pas la liberation du travailleur manuel et intellec tuel.

Abstraction création art non figuratif fr | 1935 | | page 15