31 1934 Vantongerloo De la vient le conflit entre Ceux qui ont compris les besoir.s du présent, alors qu'ils restent encore liés a la civilisation traditionnelle, et Ceux qui sont seulement traditionalistes. Ce sont ces divergences de conceptions qui enrrafnent dans la pratique de la vie des difficuItés sans nombre. II taut reviser notre manière de vivre et la considérer éternellement en fonction du présent, en se débarrassant de la tradition, puisque celle-ci ne peut que perfectionner un point donné de I'Evolution sans jamais changer quoi que ce soit dans sa base ce perfectionnement n'a d'ailleurs de valeur que pour un temps trés court et si l'on persiste dans cette manière de voir, on retombe dans la tradition. Les comprehensions sont généralement partielles et bien que la nature ait donné la vie a toutes choses, elle ne leur a pas donné les mêmes possibilités de comprehen sion. La compréhension doit, elle aussi, évoluer mais pour peu quelle soit entachée de tradition, elle peut présenter bien des obstacles a la marche de Involution. La tradition se rencontre dans toute notre civilisation et dans n'importe quel domaine, l'homme en souffre. La tradition en art a eté longtemps et est encore actuellement un obstacle a son évolution on exprime encore l'art avec des moyens et une conception primitifs ce qui est normal, puisque notre civi lisation est elle-même primitive. On dédie encore l'art a quelques grandeurs conventionnelles hier, les religions, les grands monarques, aujourd'hui, les grands bourgeois de la haute industrie et de la finance. L'art est done lié a des raisons cHntérêt ou de tradition, il n'est pas libre. Tout est encore imaginaire nos rues, nos habitations ne sont pas organisées pour une société qui tend vers l'avenir. Tout n'est qu'individuel, basé sur le home le mégaron, la propriété. Nos vieilles demeures vestiges d'une civilisa tion surannée avec salon, salie a manger, boudoir, souve nirs de familie, etc... ne décèlent rien d'une société permet- tant d'envisager l'avenir. L'homme, pour assurer sa vie, doit avoir recours au sen/age ou a I exploitation. Le travail libre est trés rare travailler pour le plaisir du travail exige ou la fortune ou la resolution, avec tous les sacrifices qu elle enframe, de se laisser considérer comme hors la loi, notre civilisation ne tolérant pas le travail libre... Nos maisons présentent encore Ie signe de la propriété ou du servage. C'est une des plus grandes ditticulfés pour les archifectes de créer une maison telle qu'elle devrait être. C'est, la encore, seule une nouvelle base de civilisation créée par Ie progrès qui pourra faire naitre Ie besoin d une nou velle demeure. On peut poser la question suivante Est-ce I'architecture qui créera une société ou est-ce une nouvelle société qui créera une nouvelle habitation Pour ma part, je pense que jamais I'architecture ne nous donnera une société nouvelle. Elle ne fait que créer le confort pour une société trop vieille eau courante, salie de bains, chauffage central, etc... Les condition dans lesquelles nous vivons devraient prouver -a la vieille société que, malgré tout ce confort nouveau, elle est tout de même restée en arrière. C est elle-même qui doit changer sa base car la science, l'art et I'architecture ne peuvent que permettre a la société de perfectionner un de- gré seulement devolution. C'est done notre base sociale qu'il faut reviser, ce qui amènera automatiquement une demeure en rapport direct avec notre évolution sociale. On ne peut plus construire sur les bases de notre société actuelle ori ne peut que perfectionner les vieilles choses existantes ce

Abstraction création art non figuratif fr | 1935 | | page 33