Boe+hy 1934 4 a-dire rendue de plus en plus indépendante des menues relations immédiales de la vie, car elles les conteint toutes. Le stade final de ce développement trouve son expres sion dans le concept abstrait, qui a apparemment perdu tout contact avec les événements éventuels de la vie. Toutefois, ce développement n'étant que l'abstraction de tout eet ensemble et, par conséquent, sa déduction rigou- reuse, l'influence mutuelle en demeure constante. Les doc trines sont done naturelement sujettes revisions, provo- quées par les expériences, épreuves et phénomènes nou- veaux. Par contre, les doctrines, revisées sous la poussée des conditions changées de la vie, déterminent de nouvel- fes aspirations humaines. L'abstraction est la qualité spécifique de l'homme La spirale gigantesque du développement de la vie orga- nique accuse une tendance certaine vers le plein épanouis- sement. Par rapport a la fixité du monde végétal, les animaux disposent de plus vastes et plus nombreuses possibilités d'impressions. Toutefois, leurs impressions sont encore stric- tement conditionnées par leurs besoins vitaux et immédiats, qui restent des plus restreints. C'est rhomme qui rompt enfin les entraves. C'est lui ie premier qui, a travers les manifestations éparses de la vie, en saisit la grande loi des corrélations intimes. Grace au procédé méthodique de généralisation, il crée, des impres sions dues a la vie animale lointaine, le règne des idéés et son véhicule de transmission extérieure la parole. Ce domaine spécifiquement humain ouvre la voie du déve loppement d'une doctrine de plus en plus abstraite, c'est- Si ton examine le chemin infini de ce développement, les premières traces des notions et concepts abstraits se perdent forcément dans les époques lointaines de la pré- histoire. Le fait saillant en est la conception en gestation de Dieu, qui y prend son origine. Nous supposons émus le serpentin des errements innnombrabies eu cours des luttes héroïques que soutinrent les premiers sages de l'hu- manité pour le règne d'un système métaphysique absolu et abstrait, en voie de purification et d'achèvement. La lutte inconstante et multiforme provoquée par la force motrice vivifiante du nouveau monde spirituel créera deux phénomènes. D'une part, Taction entreprise par les héros ou les bandits, mais certainement les premiers captifs de la nouvelle vision. D'autre part, la salutaire réaction ances- trale et pondératrice du règne animal. Celui-ci empêchera I humanité entière de ne suivre que ses penchants sans but et eloignes de toute utilité pratique de la vie. II éliminera aussi peu a peu tout ce qui n'est pas susceptible d'aider a la vie et particulièrement au développement de toute la race humaine. Actuellement, nous saisissons clairement, le concevons avec acuité et en souffrons qu'au point mort de Tévolution, le besoin de manger va toujours de pair avec les grandes convulsions sociales. Le contrepoison, administré par les sages tortionnaires de l'humanité, qui crée la nouvelle force motrice et provoque la guérison, n'en reste pas moins du poison. Mais nous nous rendons compte lucidement que sa force émotive des masses est la condition essentielle du démarrage du point mort. Le secret et Ie succès de l'in fluence de I action des prophètes et propagateurs de nou- velles doctrines s'expliquent toujours par une nouvelle vision plus claire du domaine métaphysique. Et, malgré toutes leurs erreurs, leur émoi est sacré, car Théritage en est la flamme ardente qu entretiennent les philosophes, les artistes, les savants et les moralistes dans le domaine enfin métho dique et differencie du vrai, du beau, du raisonnable et du bien. Et ils entreprennent la conquête héroïque et laborieuse de chaque parcelle du domaine inconnu.

Abstraction création art non figuratif fr | 1935 | | page 6