LES DEUX YERTUS D UX LIVRE Après m'avoir montré tons ses auteurs francais, il m'a demandé lequel je préférais, du Télémaque, du Racine, ou du Boileau. J'ai avoué que tous me semblaient également beaux. All Monsieur, vous ne voyez pas le titre du Boileau! J'ai considéré longtemps, et enfin j'ai avoué que je ne voyais rien de plus parfait dans ce titre que dans les autres. Ah Monsieur, s'est écrié Bodoni, Boileau-Despréaux, dans une seule ligne majuscules j'ai passé six mois, monsieur, avant de pouvoir trouver ce caractère. <c Le titre est en efï'et disposé ainsi OEUYRES DE BOILEAU-DESPRÉAUX Yoila le ridicule des passions, sans lequel, en ce siècle d'afïec- tations, j'avoue que je ne crois pas En résumé, un beau livre est sur toute chose une parfaite machine a lire, dont les conditions sont définissables assez exactement par les lois et les méthodes de l'optique physiologique; et il est en même temps un objet d'art, une chose, mais qui a sa personnalité, qui porte les marques d'une pensée particulière, qui suggère la noble intention d'une ordonnance heureuse et volontaire. Observons ici que l'oeuvre typographique exclut improvisation; elle est le fruit d'essais qui disparaissent, l'objet d un art qui ne retient que des ouvrages achevés, qui rejette les ébauches et les esquisses, et ne connait point d'états intermédiaires entre l'être et le non être. II nous donne par la une grande et redoutable lec^on. 7 ii bió

Arts et Metiers Graphiques fr | 1927 | | page 11