L'CEUVRE DE RUDOLF WEISS TRENTE ANS DE TYPOGRAPHIE ALLEMANDE 33 JE viens de voir un bien beau livre Cinq uantième Anniverdaire de E.-R. WAidd 12 octobre 1925. Ce magnifique ouvrage est le resultat d une collaboration. Consacré a la glorification de l'oeuvre de Emil- Rudolf Weiss, ce livre contient tout d'abord vingt-quatre articles sur cette oeuvre, et j'v ai remarqué surtout, paree qu'il m'intéressedavantage, une étude de mon bon ami Stanley Morison sur les Ornements typographiques de Granjon, Fournier et Weiss Le grand intérêt de ce bel ouvrage est surtout dans le remarquable album de planches, qui constitue la plus importante partie du livre. Cet album, oü se coudoient les Ornements du livre, les signatures des imprimeurs et des libraires, les Caractères, les Titres et Couvertures, est l'une des plus capitales contributions a l'étude du Livre qui aient été éditées dans ces dernières années on aurait tort de la mésestimer. Si nous voulions entrer dans la critique même de ce livre, il faudrait d'abord analyser les articles liminaires ou se pressent les noms de Gerhart Hauptmann, G.-E.-A. Bogeng, J. Roden berg, P. Jessen, J. Meier-Graefe, Jean Loubier, Stanley Morison, et d'autres, mais cette revue nous mènerait un peu loin. Bien autrement suggestive est la promenade que nous pouvons faire a travers 1'album d'abord, de tres belles planches d'ornements typogra phiques fleurons, bandeaux et lettres initiales, ou'Weiss se révèle, dans un genre absolument diffe rent, l'émule des Behrens, mais autant il est reste traditionaliste dans la decoration des Der bunte Vogel de 1896, autant, dix ans plus tard, dans les Die Neue Rundschau, il a gagné de maïtrise, de sens moderne et de personnalité de bon aloi. Dans ses initiales, même diversité et même inge- niosité. Mais j'ai surpris (qu'il me le pardonne) E.-R. Weiss en flagrant délit de plagiat dites-moi, Monsieur Weiss, combien certain fleuron de certaine planche de vos Druckdchriften Typogra- pbidcher Schmuck ressemble a certain fleuron de certaine page xxxii d'un Manuel typograpbique de 1764! Oh! je ne vous en fais point reproche ce fleuron est si beau. Et comme fiche de consolation, que M. Weiss me permette de le complimenter d'avoir si bien compris le vrai caractère de la lettre S, le bel S des inscriptions antiques dont, tres judicieusement, il ne manque pas de placer la large bouclé en haut, comme nous le faisons toujours ici, quand les fontes nous le permettent. Par exemple, oü 1 art de E.-R. Weiss eclate, c'est dans ses magniflques titres il y en a quelques-uns d'absolument superbes; celui de la Légende de Baaldchem, celui des Aphoridnied de Heimann, inspire du XVII" siècle, le magnifique trait de plume de Dad Leben Adolpb llenzele, les deux titres du Diirer sont vraiment de haute tenue quant aux deux pages grecques de la Sappho, elles sont personne ne me contredira hors de pair... Le Lie re d'Honneur de E.-R. Weiss est de ceux, il en faut bien convenir, dont aucun vrai bibliophile, dont aucune bibliotheque serieuse n a le droit de se passer, ne serait-ce que pour se rendre compte des ressources variees que surent tirer de la typographic allemande les mains d'un homme qu'il nous faut de gre ou de torce comparer a Wïlliam M-orris, le genial decorateur de la Kelmscott Press Marius Audin Ljeo documents qui illudtrent cet article dont exit a 1 te du LIVRE d'honneur de E.-R. WEiss, édilé par Herbert Reicbner, public par le hue I-1 erlag, 7, Rurze Stiadde, Leipzig, 11J26; folio, 108 paged de texte el 184plane bed en couleurd. Édilion limite'ea qjo exeniplaired, iinprime'e our papier any laid par led Fonderied Bauer, Francforl- d/M. doiid la direction de Henri Jodt, reliure demi- parchemin, tranched doréed. On peut trouoer eel out'rage ii Parid, a la Librairie Fidcbbacber, 77rue de Seme. VII

Arts et Metiers Graphiques fr | 1927 | | page 41