ARTS ET MÉTIERS GRAPHIQUES SOUS LA REVOLUTION, LE DIRECTOIRE ET L'EMPIRE De même que les producers des musics-halls montaient des super et des hyper-revues, fai- saient appel a de grands dessinateurs pour les costumes et les décors, détournaient des théatres lyriques et scènes de comédies leurs vedettes en vogue, les commerqants s'adressèrent a des imprimeurs d'art, a des papetiers de luxe, et s'entourèrent d'illustrateurs et même d'écri- vains qu'on aurait été surpris, il y a quelques années, de soupqonner se livrant a des besognes publicitaires. De sa conception générale; D e son illustration; HOVBIQANT "OVBIGANT prouver que la maison "A la corbeille «ie fleurs était des mieux acbalandéea. 3on fondateur avait atteint en peu de temps le but qu'il avait pou^suivi. II avait realise son ambition en réunissant une clientèle de cbolx. Une facture de \790 est établie au nom de la comtesse de 3axe, fille du prince Xavier de 3axe, oncle de Louis XVI. Et ne rapporte-t-on pas qua la veille du voyage qui allait se terminer k Varennes, pendant que Fersen combinait son plan, s'occupait de la berline et de son déguisement de cocber, la reine Marie-Antoinette faisait acbeter cbez Houbigant des parfums de Paris. ZA Revolution i les têtes nobles tombent Les ci-devant émigrent. Avec eet ancien régime pimpant, pomponné, empoudré, disparaït la douceur de vivre et eet engouement pour les odeurs qui contribuait a la créer. Robespierre pourtant se piquait d'élégance et soubaitait qu'on le portraiturat Histoire d'un parfumeur (Maison Houbigant). Dessins de Bernard Naudin. Draeger, imprimeur. gnement d un piano tristement trituré et de cerises a l'eau-de-vie. Un commerpant illustra un jour ces nomenclatures monotones par des vignettes repré sentant les objets a vendre, et un directeur de spectacles ingénieux intercala entre deux tours de chant un petit ballet. Mais une transformation se produisait dans le goüt général. Appétit de luxe, tétanisation du sens émotif, provoquée par un exces de concurrence. La formule américaine faire mieux el le premier s'imposait a tous ceux qui vivent du public. lis comprenaient enfin qu'il fallait dépenser beaucoup pour gagner encore davantage. En effet, la surprise typographique permet uni- quement de fixer l'attention. II importe, ce résultat obtenu, d'intéresser et de transformer le curieux en lecteur, puis en acheteur. Cette réussite du catalogue dépend De son texte; Un catalogue doit en effet se présenter parfai- tement équilibré... simple dans son ordre secret et ne contenir aucune inutilité. Tout ce qui ne sera pas parfaitement adapté aux fins sincères de eet effort mise en relief des avantages de l'objet proposé et provocation a l'achat, sera rejeté inexo- rablement. Ici, le joli pour le joli n'a pas place et le plus court chemin d'un point a un autre est encore la ligne droite. Un catalogue répond au même canon que les voitures de courses dont la beauté reside dans l'efficacité.lignes incomparables et jeu mystérieusement accordé des organes. Pourtant voici un catalogue imprimé par Tolmer pour la Maison de fourrures JuNGMANN Cie. II ne nous présente pas des manteaux magnifiques et confortables mettant en goüt de se livrer a leur enveloppement soyeux et chaud, nous faisant désirer d'en pouvoir faire l'achat. Alors ce cata logue ne manque-t-il pas son but? A la place on

Arts et Metiers Graphiques fr | 1927 | | page 62