mmm diaire dans cette négociation. L'impriraeur accepta sans enthousiasme et n'utilisa jamais la fonte; le Mazarin dort encore aujourd'hui rue de Sèvres, chez M. Grou-Radenez, successeur de Renaudie. Ainsifinit l'aventure de VYmagier, cette revue sans précédent, et sans postérité. Rien ne peut en être rapproché, sinon 1' Ar moire de citronnier oil Maurice Scève voisinait avec ce gueux de Florinde, et Florinde avec Raoul Dufy, Dunoyer de Segonzac et ^uc-Albert Moreau dans des pages doucement parfumées de relents gastrono- miques qui s'exhalaient du pays de CocagneL'Ymagier fut un bel exemple de riante érudition, le léger divertissement de deux lettrés qui se seraient placés sous le patronage de La Monnoye-Barozai, de Charles Nodier et de Gérard de Ner val, sans méme dédaigner le Chef-d'oeuvre d'un inconnu. L' Ymagier ne mobilisait pourtant pas toute l'activité de Gourmont. En 1896, Gourmont faisait tirer a part le Miracle de Thêophile, Aucassin et Nicolette et son étude sur la poésie populaire dont il ne fut imprimé, disait le titre, que C et XXV copies toutes pareilles et trés belles car Gourmont avait un penchant pour la naïveté étudiée. Peu après la publication du premier numéro, parut Phocas, premier et seul volume de la collection de VYmagier. (Ce n est pas d aujourd'hui que les collections ne tiennent pas leurs promesses!) Phocas, plaquette in-seize raisin tirée a trés petit nombre, est aujourd'hui l'un des opuscules les plus rares de la collection gourmontienne. La couverture, gris bleu, et rose pour les exemplaires sur ingres rose, ne porte pas de texteelle est ornée d'un petit bois de Gourmont tire en bleu de Prusse. Le titre, en antique maigre, se relève d'une initiale grasse dans l'adresse, le mot Ymagier est en gothique grasse. Trois autres vignettes sur bois de Gour mont décorent le texte. C'est encore en 1896 que Gourmont publia le Livre des masques, imprimé chez Darantière, avec trente petits portraits gravés sur bois par F. Vallotton, et le Pèlerin du silence, orné d'un frontispice d'Armand Seguin. Ce recueil qui réunissait la plupart des plaquettes que nous avons citées, tut imprimé par Ia veuve Albouy. Gourmont l'apporta triomphalement chez Renaudie Voila, lui dit—ilun livre saus tautes! Après un bref examen, il s'entendit répondre II contient autant de fautes que de pages! Dans tous les titres courants, le mot pèlerin avait été imprimé avec un accent aigu. Seuls, le titre, le faux-titre et la couverture possédaient 1 accent grave. Remy de Gourmont dut s'avouer vaincu il avait trouvé un oeil encore plus typographique que le sien En 1897, Gourmont publia un roman, Les Chevaux de Diomède, VAlmanach de 1' Ymagier, promis a ses souscrip- teurs, et une courte tragédie en prose, le Vieux roi, qui est imprimée trés simplement en elzévir. L'architecture du titre répète celle du Latin mystique; la couverture, en Arches crème, porte en tête, sur une ligne, un titre jaune en capitales Mazarin. La me me année, Les Cydalises et Les Chimères, de Gérard de Nerval, inaugurent la collection de la Ciguë. De format in-seize couronne, cette plaquette est imprimée en petit elzévir, avec titres courants en bas de casse Mazarin. La couverture est muette, et faite d'un papier de tenture a larges fleurs. Les quatre lignes du titre sont accolées dune giande initiale et remplies de fleurons répétés; une ombelle de ciguë occupe le centre; l'adresse, en carré, est rejetée dans l'angle inférieur droit. Un por trait par Vallotton est placé en frontispice. Le IL Livre des masques, orné comme le premier de portraits de Vallotton, parut en 1898, ainsi que ft Vi'« eéW. AA&sirme. ■SS Wfifi ^■\k COUVERTURE VERT ET OR DE THÉODAT (120X192%) D'un pays lointain, dont l'impression n'est relevée d'aucune innovation. L'année suivante, Gourmont revient chez Renaudie pour les Saintes du Paradis, dédiées a Filiger. Ce petit chef- d'ceuvre typographique est orné par Georges d'Espagnat de bois au couteau qui représentent de charmants visages de lemmes, des petits paysages et des fleurs. La couverture, en papier chenillé vert et bleu, est absolument nue. Tout le livre, titre compris, est composé en bas de casse elzévir gras; le texte, trés interligné et toujours aligné sur la gauche, se passé de titres courants il est séparé des bois par de larges blancs. Le bas de casse du texte a été utilisé pour les titres, comme dans les anciens livres d'heures. La page de titre, trés originate, est disposée en carré; son texte, trés long et sans alinéas, est accolé d'un profil de femme. Equilibrée a la perfection, cette plaquette est a la fois grave et légère. En décembre 1899, parut le Songe d'une femme. IV

Arts et Metiers Graphiques fr | 1930 | | page 23