IP n Sile gain de la guerre cufijluuy vos fouhaits, Voftre courage feul cut retards la paix: Adats par vn coup du Cu'l/notnsfuneste qw nettle ACOLOGNE, Chez Pierre Martkau, Imprimeür- Libraire» prés le Collége des Jéfuites. M. DCC. XLtV. ZT Hljronograpnc au ttoy. -•<*.>»;gg- Edition revcuc augmentéc contenaot efutation d'vn écrit public conttc la dcinicre pattic de eet E(%. m louxit la Cepie mfrimêe A PARIS, ntoine VitreImprimeur ordinaire ',de Ia Reine Rcgence,&: du Clergé rance:Au College des Lombards. M. DC XL VII. A F EC PERMISSION ËÉsesS* au jeu simplemcnt, ieuses, :upliéniiquemeiil ses précieuses is dit rien? ;es liisioires., ipreniez bien, noires. i Piqüres et rousseurs. Lettres persanes. Mouitlures. Histoire des Protestants. <m'ï- Trous de vers. Le Cleomedon de Duryer (Paris 1638). S'il s'agit de livres déja imprimés que Ton veut conserver le mieux possible, on se trouveen presence d'un problèmed'ordre pratique auquel les bibliophiles ont déja apporté des solutions. II faut éviter l'humidité et la poussière; aérer, nettoyer et sécher régulièrement les livres, les ouvrirs de temps a autre et les placer sur des rayons peints et vernis, qui auront été fabriqués avec du bois sain. On combattra mieux l'humidité en ran- geant les volumes dans des vitrines fermées oü l'on aura placé un petit vase contenant un deshydratant (carbonate de chaux). Les fumigations d'aldéhyde formique, grace a leur action stérilisante, empêchent ou arrêtent la piqure des volumes. On place dans une cloche hermétiquement fermée les papiers et les livres a désinfecter, puis on fait arriver l'aldéhyde formique gazeuse provenant de la decomposition du tiroxyméthylène. Le dispositif le plus pra tique consiste a chauffer ce composé dans l'appareil même, au moyen d'une plaque électrique. On peut nettoyer aussi a l'eau de Javcl étendue les gravures anciennes tachées, a la condition de les laver soigneusement, après cette opération, a l'eau courante. Les livres peuvent aussi être soumis au lavage après avoir été débrochés. O11 en- colle les feuilles après le lavage. On a cherché d'autres palliatifs. Pour protéger du jaunissement les papiers de bois, on a collé les feuilles a la gélatine; on a imagine en Amérique d'intercaler entre les pages des quotidiens des feuilles de papier transparent le papier de jour nal ne moisit pas mais jaunit rapidement. Mais que valent ces mesures?... Les gazettes du xvne siècle nous sont parvenues en 'N RIDICULES. a4g assez bon état, et des journaux, imprimés il y a seulement une vingtaine d'années, sont atteints d'une jaunissure qui, partant des bords de la page en gagne impitoyablement le centreLe papier brunit de plus en plus et s'effrite entre les doigts comme s'il avait été brulé Si l'on vient maintenant a considérer les livres imprimés depuis le début du siècle, les constatations que l'on peut faire ne sont pas moins affligeantes. La plupart des volumes sont jaunis lamentablement, et l'on peut prédire que dans un temps assez proche, il ne subsistera plus de la produc tion contemporaine qu'un mónceau de cendresseuls échapperont a la destruction les exemplaires que l'on aura tirés sur japon ou sur papier a la cuve. Ces notes rapides nous ont été inspirées par des rapports d'ingénieurs et de chi- mistes, des études parues en France et a l'étranger et surtout par la thèse remar- quable de M. Pierre Sée sur les champi gnons du papier. Espérons que le cri d'alarme jeté par ces savants incitera les bibliophiles a faire pression sur les éditeurs, pour que désormais la pensée, la typogra phic et la gravure soient a l'abri de la destruction qui guette presque tous les ouvrages parus depuis un demi-siècle. B. G. Page jaunie de la Muse au cabaret de Raoul Ponchon (1921).

Arts et Metiers Graphiques fr | 1930 | | page 65