IINDAUER^ 51 durchlö'ssiq QNschmieqeNd POGRAPHIE ET QUE VEUT-ELLE prié pour toute une série d'imprimés. Les difFérentes variantes de ce modèle (maigre, demi-gras, gras, mince, large, étroit, espacé, etc.) fournissent déja beaucoup de possibilités d'effets. En les opposant, on peut obtenir de riches contrastes bien différenciés. D'autres contrastes résultent de l'emploi simultané de l'Égyptienne, du Didot, du Bodoni, du Garamond, etc. et l'on ne voit pas pourquoi on ne tirerait pas parti de ces effets spécifiques. (Le caractère de la ma chine a écrire, fondu en France, par exemple, sous une trés belle forme, par Deberny et Peignot constitue aussi un ca ractère trés particulier et d'action efficace). La bonne conformation typogrdphique résulte de la disposition la plus lisible et du choix exact de la grandeur des caractères selon leur valeur pour l'ensemble logique du texte. (On peut Taugmenter ou la diminuer). Comme autres ressources pour cette conformation, nous aurons l'emploi voulu de mouvements (par les caractères ou, de temps a autre, par une ligne épaisse ou mince ou un faisceau de lignes), le contraste calculé au point de vue optique entre les caractères petits et grands, minces et épais, serrés ou espacés, les taches grises ou colorées; les groupes obliques ou horizou- taux, fermés ou décomposés, etc. Elles représentent le cöté esthétique de la creation typographique. Dans certaines limites, tracées par le but pratique et l'agencement logique, on peut souvent procéder de fa<;on fort différente, de sorte que, dès lors, e'est le sens optique du typographe qui amène la décision. II arrive ainsi qu'une même tache étant donnée a plusieurs, il en résulte autant de produits différents qui peuvent parfaitement bien présenter les mêmeS avantages pratiques. Les différentes personnalités dont nous citons certains travaux dans eet article présentent des possibilités d'exécution toutes différentes, malgré la ressemblance des moyens employés et des méthodes de travail. Des moyens essentiellement iden- tiques se combinent avec une quantité extraordinaire de possibilités d'emploi. Ces exemples montrent aussi que ces moyens nouveaux n'amèrient pas, comme on le prétend, un appauvrissement de l'expression; au contraire, les résultats se trouvent être bien plus différenciés, et surtout plus originaux, que ceux de la typographic d'avant-guerre. La couleur constitue un élément d'action aussi bien que le caractère. En un certain sens, il faut compter sous cette rubrique les BELLIS 1:1. LISSITSKY Affiche (photograrnvie) pour les encres Pelican PIET ZWART A nnonce comfosèe typo- graphiquement. Noir. JAN TSCHICHOLD Affiche en bleu, argent et noir (La marqué Lindaukrs [ut imposéc par le client)

Arts et Metiers Graphiques fr | 1930 | | page 71