eüt été passablement niaise... pour un auteur si intelligent Que d'ailleurs on n'expliquait pas pourquoi le nom de l'in- connu venait a la messe (vers 5 et 6) Ni pourquoi ce même nom tenait le monde a la main (vers 7 et 8) Ni pourquoi, composant un métagramme élémentaire (et combien aisé!), l'auteur était allé quérir des mots inexistants, comme labelle samere et lesecondealors qu'il en avait tant de véritables a sa portée. On ne se dit pas, on ne voulut pas dire que l'auteur des XV Joyes n'était point marié, et que La Salie avait femme Que 1'inconnu était religieux et que La Salie était laïc Que les Joyes fourmillent de mots picards et que La Salie était de Provence Qu'au surplus, l'esprit des XV Joyes et celui de Jehan de Saintré sont tout différents par le caractère l'un misogyne, et l'autre, cheva lier servantplus encore par la valeur le premier dépassant le second de toute la hauteur du grand talent sur le petit. On ne soup9onna pas davantage que la composition des XV Joyes pouvait être reportée avant la naissance même d'Antoine de la Salle, ainsi que nous le verrons plus loin. Enfin, on ne pouvait prévoir que, s'appuyant sur des documents nouveaux et sur des faits incontestables, MM. Joseph Nève et Pierre Champion démontreraient un jour la fausseté de la thèse déja combattue par M. Gröber. Nous renvoyons le lecteur a leurs travaux, qu'il est inutile de résumer ici la question est tranchée. E que nous savons sur l'auteur des XV Joyes se réduit a trois points 1) II était moine. Et voici en quels termes il nous l'apprend Comment aucunes devotes creatures, pensans en la Vierge Marie et considerant contemplativement les grans joyes qu'elle povoit avoir durant les saincts mistères qui furent en l'Annonciation, en la Nativité, en 1'Ascension de Jhesus-Christ, et autres, qu'ilz ont mises en joyes, au nom et pour l'oneur desquelles plusieurs bons

Arts et Metiers Graphiques fr | 1930 | | page 9