LA FONDERIE DE LETTRES ET LES FONDEURS FRANCAIS SUITE DE L'ARTICLE PARU DANS LE NUMÉRO 35 LATYPOGRAPHIE ORIËNTALE DE LA FONDERIE ROYALE A la fin du xvie siècle, notre ambassadeur a Constantinople était Savary de Brèves. C'était un savant fort distinguéentiché de belles lettres; il avait profité de son séjour en Turquie pour faire graver, d'après les plus beaux manuscrits orientaux qu'il avait pu se procurer des caractères turcs, persans, arabes et syriaques il avait eu l'intention de les faire servir a l'impression de certains ouvrages mais un rappel prématuré ne lui permit pas de réaliser ses projets sur place, et ce ne fut qu'un peu plus tard, pendant un séjour qu'il fit a Rome en 1613 et 1614, que l'occasion se présenta pour lui d'y inaugurer ses fontes d'abord avec uu catéchisme de Bellarmini, puis avec un psautier, pour lequel il usa d'un magni- fique caractère arabe de gros corps. Pas plus que je n'ai suivi les avatars des grecs du roi je ne veux m'attacher aux pas des caractères orientauxleur histoire, elleaussi, est une longue histoire ces lettres furent, en 1632, après la mort de Francois de Brèves, achetées par le roi et elles entrèrent dans le patrimoine de notre imprimeried'Etat; voici dans quelles occurrences. En 1627, mourait Francois de Brèves; en 1631, sa femme. Dès 1632 les héritiers de l'ambassadeur mettaient en vente les poinqons et les matrices des caractères orientaux q u'il avait rapportés de Cons tantinople. Rien ne vautun bon texte de l'époque voici celui que publia, en 1656, Antoine Vitré, qui avait été le principal acteur de la petite tragi-comédie a laquelle cfonnèrent lieu les types orientaux Le feu roy ayant esté adverty que les heritiers de M. de Brèves vouloient vendre les poinqons des caractères syriaques, arabes de trois sortes et persan de deux sortes, avec les matrices toutes frappées, au nombre de plus de deux mille chacun, que ledit sieur de Brèves avoit fait faire en Levant, pendant le temps de son ambassade a Constantinople, outre plusieurs beaux manuscrits arabes, turcs et persans, qu'il avoit fait amasser avec beaucoup de soin en divers endroits de l'Orient, Sa Majesté envoya querir Vitré, son imprimeur aux langues orientales, et luy commandad'avoir soin que des choses uniques, si belles et si admirables, ne fussent point vendues a des estrangers ny a d'autres personnes qui les emportassent hors de France, tant parcequ'ils en pourroient faire beaucoup de mal a la religion, qu a cause que c'est un des plus beaux ornemens de son royaume... Vitré, obeissant d'autant plus volontiers au roy qu'il avoit connoissance du prix d'une chose si rare, serendit adjudicataire en son nom, tant desdits poinqons, matrices, que des manuscrits, pour le prix seulement de quatre mil trois cens livres, quoyqu'en un autre temps M. de Noyers en eust fait offrir jusqu'a vingt-sept mil livres. L'adjudication faite, ledit Vitré le fit savoir au seigneur cardinal due, qui, l'ayant dit au roy, commanda qu'on lui delivrast une ordonnance de la somme de six mil livres pour payer ledit achapt, qui montoit a la somme de quatre mil trois cens livres seulement, le reste devant estre employé pour faire graver les poinqons et frapper les matrices des langues ethiopienne et armenienne, que le roy y vouloit adjouter pour faire que Sa Majesté eust en sa posses sion les caractères de tous les peuples de la terre. Voicy l'ordon- nance qui luy fut mise entre les mains Ordonnance du Roi pour faire payer 6.000 livres a Antoine Vitré, son imprimeurcomme prix de I'acquisition des matrices des caractères orientaux Savary de B èves. Thresorier de mon espargne, payez comptant a Antoine Vitré, mon imprimeur es langues orientales, la somme de six mil livres tournois, que j'ay ordonné estre mise entre ses mains, pour estre par luy employee au payement des poinqons et des matrices des caracteres de gros, moyen et petit arabe, syriaques, persans, armeniens et ethiopiens, avec les livres manuscripts en arabe, turc, persan et syriaque, qu'il a achetés par mon exprès comman- dement, en la vente qui s'est cy-devant faite des meubles du feu sieur de Breves; en ce compris quelques autres caracteres et livres armeniens, qui ont eté par luy achetés de quelques parti- culiers, selon que le tout est contenu en l'inventaire cy-attaché lesquels poincons et matrices seront mis en ma Chambre des comptes, pour y etre gardés avec les caracteres grecs qui y sont desja et quant aux livres manuscripts, il seront mis en ma Bibliotheque. Laquelle somme de six mil livres sera employee au premier acquit de comptant. Fait a Saint-Germain-en-Laye, le sixieme jour de may 1632. i t x. 0 (cot -otoA-J |&&o ooto |£üo loot -oto&.| 0 i 9 9 pr loot OtO^V.| Wot OOt loot -OtoAxJ lex.lex— )r.~ II.3J -OtOj-.V^ClO loot otl—1-3 Fig. 9. Syriaque de la Fonderie Royale. (1640) 45 VIII

Arts et Metiers Graphiques fr | 1933 | | page 55