m- fc -V"ffip'ï s -N M J? zf* - "A v !$fl II y^fT',M rfefe- v 2b r;qJ'} °$k,;,t"y *"v"/:'))"iV/ AS* _<^p. b<: P b,nJ>\ s*fi. F ,v ~<cj f*1 - y m y -ft •---- %hPJt G V J pSfSL 'c -. «*^35^ b.'ivXjA* y byj,hjb^ '-M xv. I -V'v - '-•r. :f:: A 'j^aj^R. "^JY" être grossier, diaphane en traitant avec mollesse les sujets morbides d'une perverse imagination. Ses dessins Les SilencieusesLe petit Modèle blond, Jeune Fitte et surtout Conversation, retiennent notrecurio- sité satisfaite. Pascin n'avait pas assez de vigueur pour être aussi excellent graveur que dessinateur. L'Enfant prodigue chez les piles peut être pris comme le type de ses multiples compositions a nombreux personnages déformés, dont l'illustration séduisante qu'il fit de Cendrillon donna une série d'exemples. Un peu décevants, les dessins de Modigliani, mort aussi tragiquement que Pascin, dans ce Paris qui les fit venir de chez eux, se reproduisent a peu prés les uns les autres. C.hirico, l'un des créateurs du futu risme, plante audacieusement dans un paysage les meubles les plus petits bourgeois qui se puissent concevoir. Son dessin est fort, comme les sanguines de Favory pleines de grace et de jeunesse. Valadon, Suzanne Valadon, dont les nus solides et charpentés, graves d'une main sure, ont l'air d'être les enfants d'un robuste travailleur, a réservé tous ses sentiments maternels pour un ravissant crayon représentant son Fils étendu. D'Utrillo, des lithographies charmantes Les Amoureux, La Rue a la charrette, sont infiniment plus suaves que les Bords de l'Oise de Maurice de Vlaminck et ses paysages un peu lourds. Waroquier, nerveux, précis et expressif a la fois, a griffe de nombreux coins vénitiens. Les belles eaux-fortes de Dufresne La Jungle, La Girafe, La Sieste, le Repos dans l'oasis, traitées largement, indiquent le grand tempérament décoratif de l'artiste. Nous devrions pouvoir nous étendre da van tage sur les lithographes-nés que sont Luc-Albert Moreau, Boussingault, illustrateurs hors de pair Daragnès, aquafortiste dont le Nu couché, a la manière noire, est saisissant, et les intéressants gra veurs que furent André Mare et La Patellière, que sont heureusement encore Asselin et Manguin, mais, avant d'en arriver aux artistes que l'on ne peut se figurer que devant une planche de cuivre, il faut s'arrêter encore devant les dessins a l'encre, trés poussés et d'une originalité remarquable, de Gro- maire. Gcerg et lui, dont les affinités sont directement opposées et que l'on allie toujours comme des frères jumeaux, présentent des eaux-fortes d'un goüt trés différent. L'Inondation, la Crise domestique del'Aus- tralien Goerg provoquent un malaise que l'expres- sionnisme synthétique du bon Nordique Gromairene suggère pas du tout. Ce dernier a refait une Mélan- colie. La transposition de l'immortel burin de Dürer nous amuse, mais nous retient. Sur un plan infini ment plus terre a terre que celle de 1514, environnée 16 f —"e""— ^k*k r <v 7^ If/// - - <-.\v ;fv^v i xVSV U/ L> Ji V V ff7 c i A c Dufy. Paysage. Dessin. Appartient au Petit Palais.

Arts et Metiers Graphiques fr | 1937 | | page 28