Mes savants et mes artistes, dit Saint-Simon, mangeaient beaucoup et parlaient peu. Après le diner, j'allais m'asseoir dans une bergère, dans i'un des coins du salon, et j'écoutais. Malheureusement, les trois quarts du temps, je n'entendais que des fadaises et je m'endormais. Ruiné bientöt, notre amphitryon doit accepter une place modeste au Mont-de-Piété. N'ayant plus rien a y mettre, il s'y mit lui-même, beau sujet de méditation pour un régénérateur d'humanité. Recueilli par un de ses anciens secrétaires, il achèvera dans l'obscurité de donner corps aux différentes theories qui sous l'impulsion de ses disciples devaient devenir le fonde ment d'une nouvelle religion. Ainsi sa vie avait été la parfaite application des principes qu'il éno^ait lui-même un peu a la manière des quatre régies de Descartes i° Mener, pendant tout le cours de la vigueur de l'age, la vie la plus originale et la plus active possible 2° Prendre connaissance avec soin de toutes les théories et de toutes les pratiques 3° Parcourir toutes les classes de la société, se placer personnellement dans les situations sociales les plus différentes 4° Enfin, employer sa vieillesse a résumer ses obser vations et établir des principes sur ces résumés. Quels étaient done ces principes et ces résumés? Le noyau de la doctrine saint-simonienne consiste dans cette idéé que la tache principale de la Société doit être de développer la production des richesses et que, par conséquent, les industriels (et il faut entendre par la tous ceux qui concourent a cette production fabricants, ouvriers, techniciens, artisans, banquiers et commerfants) constituent une classe plus importante que la noblesse et le clergé. II en résulte que c'est la bourgeoisie qui doit prendre en main l'administration du pays. Ce n'est pas la constitution politique, dit-il, mais le droit de propriété qui exerce la plus grande influence sur le bien-être de la Société. Le droit de propriété doit être établi de telle sorte qu'il stimule les possé- clants a développer le plus possible la production... Étant donné que l'esprit humain fait des progrès, on ne doit pas non plus rendre éternelle la loi de pro priété... Les entrepreneurs, continue Saint-Simon, sont les protecteurs nés, les chefs naturels de la classe ouvrièretant qu'ils ne conclueront pas une alliance avec les ouvriers, ces derniers se laisseront entrainer par toutes sortes d'intrigants et de démagogues a faire la révolution pour s'emparer du pouvoir poli tique. Puis, parlant de la classe ouvrière, il préconise une amélioration la plus rapide possible du sort de la classe la plus pauvre, car il n'est plus permis d'oublier que les travailleurs sont la cause première et le but réel de la production». Les intéréts des artistes, des savants et des entre preneurs concordent au fond avec ceux des classes ouvrières paree qu'ils font eux-mêmes partie de Ia classe ouvrière et qu'ils en sont les chefs naturels. L'idée des Sociétés par Actions et des Banques d'Affaires est en germe. La commandite par actions a l'avantage d'intéresser les propriétaires a la pros- périté des grandes entreprises, elle permet aux riches capitalistes de répandre leur fortune dans une foule de canaux productifs et de généraliser a,insi les intéréts individuels, qui viennent se fondre entre eux et don- neront naissance a un sentiment positif d'intérêt général. Quant aux banques, elles seront les organes des demandes des industriels et de l'offre des capitaux, et c'est par elles que se détermineront les rapports entre les deux classes de la Société les industriels et les oisifs Telles étaient, il y a cent ans ou a peu prés, les idéés sociales saint-simoniennes qui, par un étrange para doxe, se trouvèrent être les ancêtres communs du slogan Deux Cents Families et du Front Popu laire Ces doctrines émises étaient passées inaperfpres en leur temps il est vrai que l'Auguste Empereur, il ne s'en cachait pas, s'accommodait fort mal des idéo- logues. Après la mort de Saint-Simon, les disciples partirent évangéliser le monde, c'est-a-dire, qu'employant une formule assez neuve pour l'époque, mais bien usée a la notre ils fondèrent un journal. Le Producteur vécut deux ans, exposant a longueur de colonnesles théories saint-simoniennes augmentées de larges commentaires, et suscita naturellement une vive polémique de presse la droite catholique l'accusait d'athéisme la gauche libérale, une gauche bien pen- CA K IC All' K I' CONTRK 1.1.s SAtVI Sl.MÖNIKNS /W-' I C<

Arts et Metiers Graphiques fr | 1937 | | page 48