AUTRES ARTS, y puiSANT ET s'EN iNSpiRANT TOUR A TOUR. L'ÉTROiTE pARENTE dE LenIuMÏNURE AVEC Ia STATUAiRE, CeLLe Qui dÉCORE IeS pORTAils OU Qui ORNE LES clHApiTEAUX, EST SENSiblE SURTOUT pENdANT Ia pÉRiodE ROMANE; SON CARACTÈRE MONUMENTAl s'aCCUSE ENCOREIiLLuSTRATÏON SE dÉVEloppE, SON ÉTROiTE UNÏON AVEC Ie TEXTE TENd A s'eFPaCER it lui fAUT SOUVENT Ia pAqE tout enti'ère. Au XIIIe sïècIe, au contraire, c'est du viTRAil que Ia MiNiATURE s'iNSpiRE, ET SUR Les foNds d'OR, dANS UNE ARCHITECTURE dE plus EN plus AÉRiENNE, du MÏliEU dES qAlERiES AJOUREES,dES piNAClES, dES qAblEs, Ies fiquRES s'éIancent. Maïs Ie manuscrït est dÉjA soRTi dES AbbAyES pouR pARTicipER dE Ia ViE du SiÈclE. lei ENCORE SON biSTOÏRE EST liÉE A 1'biSTOiRE poliTiQUE. Le pOUVOiR ROyAl s'EST fORTifiE, ET PARis TENd A dEVENiR UNE CApÏTAlE. SON UNiVERSiTÉ VA pERMETTRE Ie dÉVEloppEMENT d'uNE VERiTAblE INduSTRÏE du livRE pouR Ies maitres et Ies étucIiants, fRANQAis et étranqers. De Ia dES diffÉRENCES SENsiblES dANS Ia quaIïté dES ceuvres. Les tLèmes pRiNCipAUX PEUVENT ETRE CREES, 1'iCONOqRApbiE fiXEE LaRTÏSTE VERiTAblE, dERRÏÈRE SON ANONyMAT, SE dlSTÏNqUE AÏSEMENT dE LaRTÏSAN COpiSTE, pAR Ia pERpECTiON du dESSiN, Ie qROUpEMENT bEUREUxdES PiqURES, Ia LÉqÈRETÉ du dÉcoR, Ia puissANCE ou Ia suavïté du coloRis. Les Rois et Ies prïnces CApÉTiENs, comme Ies CARoliNqiENS, sont dES bibliophiIes, et Pont AppEl AUX MEiÜEURS. A COTÉ dES liVRES ROyAUX, dES ll'VRES dE pRÏNCES, OU lES TEXTES pROpANES VOiSÏNENT AVEC lES TEXTES SACRES, il pAUT METTRE AU pRE- mïer RANq Ies Vïes dE Saïnts et Ies BiblES, Qui ofpRAiENT a 1'illusTRATioN UN cbAMp iMMENSE. S'oppOSANT A Ia BibliA MAqNA IhERÏTEE du XII' siÈclE, voici dES BiblES RÉduiTES, portatïves, oü Ie dÉcoR se Lirvii'te a dE pETiTES ÏNiTiAlES. MaÏS QUANd Ie qOUT dE LiLluSTRATÏON pREVAUT, c'eST Ie TEXTE QUE l'ON AbREQE jUSQu'A Ie SUppRiMER pRESQUE ENTiÈREMENT. Les BiblES MORAÜSÉES SONT dES MONUMENTS QUE l'ON A pU AppElER COloSSAUX pAR lEURsdiMENSiONS ET SURTOUT pAR Ie NOMbRE dE lEURS MiNiATURES, Qui n'ÉTAÏT pAS i N PÉR i EU R A CÏNQ MÏLIe. L'iMAqiNATÏON dES ARTiSTES s'aNÏME QUANd il s'AqiT dE REpRESENTER dES SCENES dE I'Anci'en et du Nouveau Testament; MAis eIIe se nourrït du spectacIe dE Ia viE réeIIe. EIIe ne sera plus retenue QUANd il s'aqïra, au XIVe et AU XV' SIÈcLe, dE liVRES d'biSTOiRE, CEUX dE FROisSART OU dE Mons- TReIeT, OU dE cbRONiQUES pRESQUE CONTEMpORAÏNES, d'CEUVRES liTTE" RAl'RES clASSiQUES, TiTE'LiVE OU VaIÈRE MaXÏME, CicÉRON OU QuiNTE- CuRCE, d'CEUVRES liTTERAÏRES pRANQAiSES ENPlNLes ROMANS dE cLeVA- Ierie, LanceIot, Tristan, RENAud dE MoNTAubAN, Ie Roman dE Renart,

Arts et Metiers Graphiques fr | 1937 | | page 10