Dans ces voLumes, RichEssE ÉqAlE puissANCE et, plus visiblE ENCORE PUE Ie SÏqNE dE La poURpRE sous Les CARoliNqiENs, écLate et trïomphe Le siqNE dE L'or. On reconnaït a disTANCE, sans même Les FeuïIIeter, d'ApRÈs une seuLe dE Leurs enLumïnures, Les livRES du TEMps dE saInt Louis. Les FoNds d'oR ONT CETTE RÏchESSE byZANTÏNE ENTREVUE pAR lES CROisÉS ÉbLouis. PeUT'ÊTRE n'a-T-ON pAS ASSEZ NOTÉ CETTE ÏnFLuENCE dE L'OrÏENT. CEpENdANT, eLLe N'EST pAS AbSENTE dE CERTAÏNS livRES, COMME dE CE qRANd PSAUTÏER TRipARTiTE (MS. LaT. 8846) OU L'ON n'aVAÏT NOTÉ juspu'ici pu'uNE iNFluENCE ANqLAÏSE. CERTAiNS dÉTAils, AÏNSÏ pUE NOUS Le FÏT REMARpUER M. RoyAlL TyLER, sont idENTipUES A ceux dES mo- SAÏpuES dE SAiNTE-SophiE. Le STylE SAiNT Louis est encore marpué pAR La disposmoN dEssujETS en MÉdAilloNs a La manïère dES viTRAUx. Les couLeurs jouENT comme dANS Les VERRiÈRES pui SONT La qRANd E NOU VEAUTE ARTÏSTipU E du xm(' siÈclE. La encore, des ÉTudES dE dÉTAils SERONT A FAiRE LoRSpUE dES LivRES, COMME l'ÉVAN- qÉLi Ai re dE La Sa i nte-CFiapeILe, TRop LoNqTEMps Fermés A cause dE Leur pRÉciEusE reLIure, seront OUVERTS ET ÉTudiÉS. EnFIn Les visAqES dES pEms-Fils dE saInt Louis AppARAisSENT dANs Les enLumInures. PhilippE Ie BeLeStLe pREMiER. En TETE d'uNE TRAduCTÏON LaTÏNE (Nn 40^ p»qE 42). du livRE dE DiNA ET KaBLa, pui lui fuT ofFERTE EN CkRONi<?UE liilWÉE dE PhilippE I e^dE SAiNT-MARTiN dES I ChAMpS SAÏMT'MARTiN dES ChAMps, UNE dES fiÜAlES dE CLuNy. UINE chRONipUE EN VERS Qui EN pROViENT CONTiENT Ie pREIMÏER pORTRAÏT Qui NOUS EST RESTÉ d'uN Roi dE France, ceLu M. MaURÏCE PROU AVAiï ÉTAbli pu'iL dÉpENdAiï (N° n, paqE 58). d'uN dESsiN du Xle sièclE, c'EST-A-dÏRE contem- poRAiN, AujouRd'hui au BrMsFi Museum. La bi- blioThèpuE dE SaInt-MartIn dES ChAMps ÉTAiï iMpoRTANTE. D'eLLe Aussi vIent ce RecueU his- TORÏpUE pui MONTRE La CONSECRAïioN du MAITRE AUTEl dE ClUNy EN 1095 pAR Ie pApE ÜRbAiN II. II EST du COMMENCEMENT du XIle siÈclE. TeI EST UN RApidE ApERpU dE I'aRT du pREMiER SiÈclE CApÉTiEN COMME ON I'eNTREVOIt dANS lES liVRES CONSERVES a La BibliochÈpuE natïonaLe. RÉpANdu SUR TOUTE Ia SURfACE du TERRÏTOÏRE, si SES pROduCTiONS EXTREMES NE SONT pAS EXEMpTES d'iNfLuENCES ÉTRANqÈRES, Ia pARTÏE CENTRaLe Ia plus VOisiNE dES dOMAiNES ROyAUX ET Ia pARTÏE CÜRECTEMENT SOUMisE AUX CApÉTÏENS, SAiNT'DENis, SAÏNT-GERMAiN-dES'PRÉS, AppARAisSENT dES plus ORiqÏNAlES. Au siÈclE SuivANT ON fERAÏT dES CONSTATATioNS ANAloquEs. Si L'autorïté RoyAlE FaïbliT dANS Les RÉqioNS pÉRiphÉRipUES du ROyAUME, eLLe s'accroit diRECTEMENT, OU i Nd i RECTEM ENT pAR l'iNTERMÉ- diAiRE dES qRANds vassaux, dANS La RÉqioN du NORd. On NE SAURAÏT pOUSSER Ie pARAllÉLisME A SES EXTREMES CONSÉpUENCES. IL N'EN EST pAS MOÏNS VRAi puE c'est dANS ces mêmes RÉqioNs puE I'art se dÉVEloppE. La BibLioThÈpuE natïonaLe possèdE dEUX TRES bEAUX MANUSCRÏTS dE SAiNT CRÉqOÏRE UGRANd, pROVENANTdEl'AbbAyEdESAiNT-AMANd EN PévèIe, doNT d'AUTRES RichESSES sont AujouRd'hui A La BibLioThÈpuE dE VaLencïennes. MARchiENNEs, ANChiN, ÏOURNAi RÏVAlisAiENT AVEC SAiNT-AMANd. Les qoÜTS bibLiophiLipuES dE L'ÉpopuE se sont SURTOUT MARpuÉs pAR dE RÏcFlES i N ÏTÏ aLeS ORNANT dES pAqES AdMiRAblES dE CAlLiqRAphiE PURE Maïs Le dEssiN n'étaït pAS NÉqliqÉ. IL suffiT de <n° 44< pase 'si- REqARder Le ms. Lat. 15675 pui vïent du diocèsE dE CAMbRAi ET pui EN TETE du TEXTE dES MoRaLÏA iN Job dE SAÏNT GRÉqoiRE A plACÉ UNE HisTOÏRE dE Job TOUTE EN i MAqES. ELLe fORME SEÏZE pAqES dE dEssiNs a La pluME, Les uns coloRiÉs a La qouA- chE, Les autres sans couLeurs. Ces dERNÏERs MANifESTEMENT iNAChEVES NE SONT pAS Les MOÏNS bEAux, car Les visAqES, Les qESTES et Les scènes PsAUTÏER dE SAiNT Louis (N° 57, pAcjE 59). dÉNOTENT UN ETONNANT ESpRiT d'obsERVATÏON. AiNsi I'art en France coNTiNUE a se dÉVEloppER. II lui MANpUE CEpENdANT CE pui fAÏSAÏT SA foRCE A L'ÉpopuE CAROliNqiENNE I La PRESENCE diRECTRÏCE dE pRiNCES fORTS, UNÏS A l'ÉqlisE, ET pui RASSEM- blENT I'autorïté r e Li q euse et cïvïLe et suscïtent, pOUR EN REhAUSSER L'ÉcLaT, dES liVRES ENlUMiNÉs dE TOUT pREMÏER ORdRE. CES pRiNCES AppARAÏSSENT enNn chEz Les Capétïens avec PhilippE-AuqusTE doNT Ie SURNOM A ÉtÉ RAppROChÉ du VERbE Latïn AUqERE», c'EST-A-diRE ACCROITRE. Le pROqRES dANS Les liVRES suiï AVEC UNE SURpRENANTE pONCTUAlÏTÉ. La BibLioThÈpuE n'a pu montrer Le Psautïer d'lNqEbuRqE, La Femme dE PhilippE-AuqusTE. Ce livRE NE pEUT puÏTTER LeS CollECTiONS du MuSEE CoNdÉ, A ChANTiLLy. MAis eLLe a emprunté a La BibLioThÈpuE dE L'ArsenaL Le PsautIer dE BlANche dE CastILLe, Femme du FiLs et successeur dE Phi- LippE-AuqusTE et MÈREdE SAiNT Lou is. ELLe possÈd E eLLe-même Le Psauoer du saïnt Roi. 1 Bnéviaïre dE PhilippE Ie BeI 25

Arts et Metiers Graphiques fr | 1937 | | page 31