DtJ, on Le voiï entouré cJeson fiLs Louis dÉjA Roi dE Navarre et Qui dEVAÏT lui succÉdER I'année sui- VANTE, dESA filU, fEMME d'EdoUARd II ET pAR CON' SEQUENT REÏNE d'ANqlETERRE. ON Voiï ENCORE Phi- LippE et CLtarLes, fRÈRES dE Louis, Qui EUX Aussi OCCUpÈRENT LeTRÓNE, ET CItArLeS dE VAlois, fRÈRE dE PhilippE Ie BeI, pÈREdu Roi PhilippEdEVAlois. dE Saïnt DenIs» oHerte a PhilippE Ie LoNq doNT On Ie trouve dANs Ies manusciots dE romans comme Ie «Roman du SaJnt-GraaL», doNT Ie manu- Ies fiquREs anImées. CcpENdant dANs I'art dE I'enIumïnure il y a dES siqNES dE NOUVEAUTÉ Qui MONTRENT que Ie bEl idÉAliSME du TEMpS dE SAiNT Louis, ET MÊME dE l'ÉpOQUE CApÉTiENNE EN qÉNERAl, EST pRES d'ÊTRE RÉVOLu.LeS EnLum'iNEURS, doNT UN NOMbREdE plus EN pluSqRANd s'AdONNE A Ia dÉCORATiON d'cEUVRES pROfANES, ONT LaÏSSÉ IeUR SECRETE pENSEE dANS ['ORNEMENTATiON d'CEUVRES SATiRiQUES. L'iNTENTiON EST TRES VoilÉE dANS U ROMAN dE ReNART Ie Roman de FauveI doNT Ie nom est I'acros- FLeur étaït Ie viTRAil «qoThiQUE». A cet art il êaut PhilippE VI et )ean Ie Bon, que La France sera AUX pRÏSES AVEC IeS plus qRANdES d i FficuLTÉS EXTÉ- RÏEURES ET ON VERRA IeS pRÏNCES ROyAUX CONS- TiTUER UNE NOUVELLE fÉodAliTE Qui dEMANdERA dE NOUVEAUX EffORTS dES ROis pOUR ÊTRE RÉduiïE. L'ART dE L'ARChiTECTE SUbiRA UN ARRÊT ET l'ART dES liVRES SE divisERA EN AUTANT dE d'lRECTÏONS Qu'iL y AURA dE pRiNCES pUÏSSANTS. IL y AURA A COTE dE I'art dE La cour RoyAlE, CElui du due de BERRy, CElui dE La cour dE BouRqoqNE, sans parLer dES ÉMILE-A. VAN MOÉ Maïs L'hisToiRE n'est jAMAis dEUX fois Ia méme. Les poRTRAiTS dES CARoliNqiENs setrouvaIent dANs dES livRES dESTiNÉS A l'ÉqlisE. CEUX dES CApÉTÏENS SE RENCONTRENT dANS dES liVRES pROfANES OU AU MOÏNS ÉCRÏTS EN lANqUE VulqAÏRE, COMME CETTE ViE eIIe CONTÏENT UNE iNTERESSANTE ilVlAqE. CECi NOUS AMENE A UN NOUVEAU CARACTERE ESSENDeI dE l'ÉpO- que. Ce n'est certes pAS dirviinuer Ia pART dE l'ART REÜqi EUX du XIIle siÈclE REpRÉSENTÉ pAR dES Psautïers, dES BRÉviAiRES,dES BibUs ET dES MïsseIs, QUE SÏqN aLeR 1'AppARÏTiON d'uN ART pROfANE ilVipORTANT. dE chEVAlERiE. CeRTAÏNS ONT UN ACCENT REliqiEUX SCRÏT fRANQAis 95 EST UN si MAqNifiQUE EXEMplE du sTyUsAiNTLouis. D'autres,comme Le ChEVAliER au LioN dE ChRÉTÏEN dE ÏROyES (ms. fRANQAis 145}), CONTÏENNENT plus EXClusivEMENT ENCORE U RÉciT d'AVENTURES SURVENUES A dES chEVAliERS du siÈclE. Les OUVRAqES didACTiQUES pARTicipENT Aussi dES dEUX qENRES. II fAUT NOUS bORNER A ciTER COMME chEfs-d'cEUVRE icONOqRAphiQUES TROp pEU CONNUS UN «BREviARÏ d'AMOR (fR. 858), UN«VRi- qiEÏ dE SoLaS (fR. 9220) ET diVERS EXEMpLAÏRES dE Ia «Somme Ie Roi»dE IrèreLaurent,sansNÉqliqER Ies Album dE VillAHd BestÏ AÏRES Qui ONT foURNÏ AUX ENIuMINEURS TANT (n° 75,NpACjE<4o).1 dE fiquRESsyMboliQUESQui étonnent biEN souvent dANS lEURS COMpOsiïiONS, CAR Ies MOdÈlES vivANTS dEVAiENT ÊTRE RARES. EnHn, il fAUT MENTÏONNER ce docuMENT unïque possÉdÉ pAR Ia BiblioThÈQUE NATiONAlE, l'AlbUM dE FaRCIoTECTE VillARd dE Honnecourt, Qui montre dE si cur'ieuses CONS TRUCTIONS qÉOMÉTRiQUES pOUR METTRE EN plACE L'ART dE l'ÉpOQUE CApÉTÏENNE pARAIT AiNsi pAR- VENU A UN dEqRÉ dE plÉNÏTudE TEl Qu'ON SE dc- MANdE CE Qu'il pOURRA dEVENÏR SANS SE RÉpETER. De MÊME, du po'lNT du VUE poliTiQUE,ON pOURRAÏT ESSAyER dE dEViNER CE QUi pOURRA biEN SUiVRE l'ÉTAT dE STAbiLiTÉ QUE pARAÏSSENT AVOÏR CRÉÉ IeS TRAÏTÉS CONCluS pAR SAiNT Louis. MAis EN hÏSTOi RE Ies chANqEMENTS SE CONSTATENT ET S EXpliQUENT ils NE SE pRÉVOÏENT pAS d'uNE MANiÈRE NECESSAiRE. Qui AURAiT pu pENSER Qu'ApRES Ie lAÏbU dCRNÏER soupiR du pETiT Roi Jean, mettant Fin a Ia liqNÉE d'lRECTEd'HuqUES CApET,COMMENCERAiTUNE ÉpOQUE NOUVeIIe QU'UNE luTTE dyNASïiQUE ENTRE Ia FRANCE ET L'ANqlETERRE aIIaW MARQUER dE CARACTERES NOUVEAUX MAÏS Les CONTEMpORAiNS SANS AUCUN doUTE y Le u Roman dE 1 j 1 1 1 FauveI VOyAIENT MIEUX QUE NOUS La CRITIQUE dE La CHEVALe- (N" 79, PAqE 45 ei r j e. Les AN i M AUX ON T d ES CARACTERES TOUT CO M M E HORS I EXTE EN COU- f lEURS pACjE 441). Les hoMMES. Le pROCEdÉ est moïns dEquisE dANS TichE dE FlATTERiE, AvARiCE, Vi LeN i E, VARiÉTÉ, •Roman de toute EnVÏE ET LAChETÉ. AiNSÏ SE TRAhiï pEU A pEU U CbEv»lE»iE (N°76, pENChANT AU REAUsME QUI SE doNNERA Li b R E CAR- pAqs 44). RIERE AUX SIEClES QUI VONT SUIVRE. Fi N i E l'ÉpOQUE CApÉTiENNE doNT Ie SAqE idÉA- liSME AVAiT pARU ÉdFÏER IeS pLuS SOlidES RÉAliTÉS. Les Rois dE La TRoisiÈME race avaïent Lentement, MAis SLIREMENT, AqRANd'l Ie doMAiNE ROyAl Qui TENdAiT A SE CON foNd RE d j A AVEC Ia FRANCE. LEUR poLÏTiQUE SANS s'EN doUTER AVAiT ÉtÉ Ie pluS pRE- dEUX AUXiliAÏRE dE l'ART dES CAThÉdRAlES dONT La AjoUTER, d'ApRÈS CE QUE NOUS VENONS dE MONTRER, CElui dES LiVRES, 1'ENlUMiNURE. DEUX qÉNERATiONS SERONTA pEÏNE NÉES dE Ia NOUVeLLe RACE d ES VAlois, TENdANCES SECONdAÏRES QU'ATTESTENT Ies pOSSES- seurs dE queLques manuscr'its isolÉS. C'est biEN une nouveLLe ÉpoQUE. Les filscoNduc- TEURS pOUR s'y RECONNAÏTRE SONT EN TOUS pOÏNTS diffÉRENTS dE ceLLe Qui A FiNi EN 1?28. Cecï Faït RESSORïi R L' U N i T dE Ia pÉRiodE Qui A ÉTÉ MAR QUEE pAR Le dÉVEloppEMENT ORdoNNÉ ET pROqRES- sif dES CApÉTiENS. IL SEMblE doNC EN dÉFiNÏTÏVE QUE Si UN NOM AdÉQUAT doÏT ÊTRE doNNE A UN ART doNT Les ÉTApES SONT paraLLèLes, il SERA'lT biEN juSTE dE lui dÉCERNER CElui dE NOTRE TROis'lEME dyNASTÏE. BIBLIOTHÉCAIRE AU DÉPARTEMENT DES MANUSCRITS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE 26 Ci'CONTRE16. TROPAIRE D'AUTUN, Xe^XIe SIÈCI F I 'AsrFNsioN. (ArsfnaI 1169, fol. J9 vn et 40).

Arts et Metiers Graphiques fr | 1937 | | page 32