Iettres proFanes, moIns encore pouR ce qu'on AppEbiT Ie ROMMANT c'EST-A-diRE Us choSES ECRiTES EN lANqUE VulqAÏRE. CbARlES SAVAil Ie IaTÏN, SANS EN ENTENd RE TOUTES IeS FiNESSES, MAis il AVAiT A CCEUR dE RENdRE iNdÉpENdANTE U lANqUE NATioNALE. II pENSAiT Qu'eUe ÉTAiT ASSEZ qRANd E pOUR SE SuFFÏRE ET pOUR dEVENiR UNE lANqUE AdulTE, UNE lANqUE MAjEURE, si l'oN pEUT diRE, CApAblc dE SERviR a TOUS Ies usAqES d'uNE lANqUE UttÉraïre. Pour Ia pREMiÈRE fois, ON CONSTATE UNE poliïiQUE du lANqAqE. C'est Ie sens ÉvidENT Qui se mamFeste dANS Ies TRAduCTioNs dE TiTE-LivE, de SaIIuste, dE Suétone, dE VaLere-MaxIme, dE Le pivoT dE 1'aFFa!re, a IaqueLIe L'ItaUe reste entIèrement ÉTRANqÈRE, SE TROUVE EXcluSÏVEMENT A PARis. FIoRENCE, A CETTE dATE, EST COMplÈTEMENT hoRS du jEU. InUtUe dE dÉCRiRE U dÉtAI 1 dE CETTE MÉTAMORpboSE, ÉTudE fAiTE viNqT Fois pAR LAboRdE, JuIes CuiffREy, CouRAjod et Ie comte DurrIeu. Le visiTEUR pRESsé pOURRA EN SuiVRE AisÉMENT LeS ÉTApES EN EXAMiNANT, SUR l'EspACE d'UNE ciNQUANTAiNE d'ANNÉES, U SÉlOE dES pAqES dE dÉdicACE OU dE pRÉSENTATiON. CeS pAqES pEUVENT SERviR dE REpÈRES OU dE JaIoNS. En l?lï, Ia pETiTE pEÏNTURE dE Ia fAMills ROyAlE plACÉE EN TÊTE du liVRE dE DiNA ET KaUIa EST ENCORE TOUTE CONVENïiONNeIIe c'est UNE iMAqE hiÉRATiQUE ET pRESQUE SACEIidoTAlE, Qui pOUII- RAiï Aussi biEN conveniR a un concUe d'ECclÉsiASTiQUES Ia MO- NARCbiE y EST REpRÉSENTÉE, SANS AUCUNE IoCaUsATÏON NI AUCUN CARACTÈRE dE VÉniïÉ iNdividuElle, dANS SA MAj'eSTÉ dE pRÊTRE ET dE pONTiFE. Et ils'Aqiïde PbilippE Ie BeI, Ie Roi du soufflETd'ANAqNi A Ia même dATE Ie siRE c)e JoiNvillE oFFre au Roi dE Navarre SON HiSTOÏRE cl E SaÏNT LoUÏS L'ANCiEN COMbATTANT dE U MANSOURAb ÉTAiT aIoRS UN viEillARd dE QUATRE-vi NqTS ANS PASSÉS. La viqNETTE, ÉvidEMMENT fAiTE dE cbic, NE lui EN pRÊTE pAS plus dE ciNQUANTE. JUSïiCE, OU d'AUTRES, A U QUEUE cIe IeURS cbiENS, COURAiENT Ia bÊTE rousse ou noIre, il pouRsuivAii Ia vÉrIte, dANS I'entreoen dES doCTES ET dES SACjES. Ce n'est pAs sans RAisON qu'au wiLiEU dc l'ExposiiioN dE Ia CaIerIe MazarIne, on a reserve une vïtrïne aux Hvres Qu'il A pOSSÉdÉs ET SOUVENT COMMANdÉs. II AVAiT biEN dRob A CETTE plACE dANS UNE MAisON doNT il EST VRAiMENT Ie foNdATEUR. Sa LïbRAiRIE, COMpOSEE d'uN MilliER dE VOluMES, cbifpRE iNOui' pOUR CETTE ÉpOQUE, ET Qu'il AVAiT LoqÉE dANS UNE TOUR du LoUVRE, CONSTRUES pAR Cuy dE DaMMARTÏN ET doNNANT SUR Us cbAMpS, EST Ie NOyAU pniiviiïiF dE Ia BihlioïbÈQUE du Roi. Si ses successeurs I'ont ACCRUE, il A Ia qloÏRE dE l'ilMil iATiVE, ET ON pEUT diRE QUEsi d'AUTRES nous ont léquÉ plus dE livRES, c'est lui Qui Ies a Ie plus AiMÉs Ies sïens restent l'boNNEUR ds Ia coIIechon Qu'il a crÉÉe. II est Ie Roi dES bibliopbilss. Si ses FrÈres d'ANjou, d'ORlÉANS, dE Bour- qoqNE et de Berrï ont poRTÉ plus loiN, dANs Ia suiTE, Ie Iuxe dES MANUSCRiTS, ils n'oNT FaO pOURTANT QUE 1'iMiïER, AVEC UN qOUT de I'oSTENTATioN Qui TEMoiqNE d'uN iNTERET MoiNS pUR (nE NOUS EN pUiqNONS PAS, NOUS lui dEVONS dES cbEfs-d'CEUVRE) ET QUE RECUEÏl' liR Ie fRuiT dE CE QUE IeUR AInÉ AVAiT SEME. On NE pEUT s'EMpÊ- cbER dE FeuUIeTER AVEC ÉMOTioN CES l)EAUX livRES, SUR U dERNiÈRE pAqE desqueIs Ie Roi, en quisE d'« ex Libnis a écrIt dE sa MAiN CeST liVRE EST A NOUS, CbARlES Le CATAloqUE dE CES livRES, Qui A ÉTÉ publiÉ pAR LÉopold DeÜsLe, n'est pAS MoiNS iNSTRUCTil pAR U choix dES OUVRAqES QUE PAR IeUR NOMbRE. C'eST Ia pREMiÈRE qRANdE biblioïbÈQUE QUE I'ON VoiT SE CONSTiTUER pAR IeS SoiNS d'uN iNdividu, EN dEhoRS dE ceIIes dss AbbAyES. C'est Ia pREMiÈRE fois qu'une iNsmuTioN se IaÏCÏSE, EN QUElQUE SORTE, ET AppARAIT COMME UNE CEUVRE d'UTÏliTE publiQUE. Le Roi n'étao pAS seuIement un curIeux Avids dE livRES, il s'EN MONTRAiT UN pOSSESSEUR pUiN dE lARqESSE, ET il EN fAisAb 1'uSAqE Ie plus qÉNÉREUX. II pRÊTAÏT OU dONNAiï VoloNïiERS SES VOluMES, EN pAisAÏT dES CAdEAUX AUX pRiNCESSES dE SA FaMÏUe, A dES cbiRURqiENS, A dES MAqisTRATS, A dES CollÈqES, COMME CElui QUE FoNdE A ParÏS SON MÉdECiN GERVAis ChRÉTiEN. On SAil QUE c'est un voIume dE sa biblioThÈQUE Qui SERviT de ModèlE AUX bElbs TApisSERiES dE 1'ApOCAlypSE d'ANqERS, EXÉCUTÉES pOUR Louis d'ANjou, pAR Nicobs BataüIe, sur Ies dESsiNs dE Jean dE BRuqES. En MÈME TEMpS, ON VoiT AppARAITRE dANS Ia COMpOsiïioN dE CETTE biblioTbÈQUE UN plAN ET UNE METhodE. JuSQu'aIoRS, UNE LiblTAÏKI E NE CONsisTE Qu'en UN pETÏT NOMbfiE dE VOluMES, pRESQUE TOUS EN IaTÏN ET NE COMpRENANT qUERE QUE dES livRES dE pRiÈRES ET dES MANUEls ds piÉTE. II N'y A pRESQUE AUCUNE plACE pOUR IeS VÉqÈCE, de SÉNÈQUE ET dES pRiNCipAUX ÉCRiTS polbiQUES OU ÉCO- NOMiQUES d'AfiisTOTE. II EST cUiR QUE CETTE ENTREpRisE REpONd A UN SySTÈME. IL s'Aqiï dE CONSTiTUER UN coRps dE MATÉRiAUX, un RÉpERToiRE dE CONNAisSANCES Qui RENdRA U FRANQAis bÉRiTiER dE 1'EXpÉRiENCE ET dE La pENSEE ANTiQUES. La pRÉpONdÉRANCE dES bisTORiENS, l'AbsENCE pRESQUE COMplÈTE dES pOETES dANS CETTE lisTE (OvidE ET LuCAiN pRECÉdERONT de biEN loiN ViRqiU ET HORACE, et Lucrèce ne Fut connu qu'au mïIïeu du XVIe siÈcU) montre biEN Ie buT, Qui ÉTAiT dE METTRE ENTRE IeS MAÏNS du public IeS ÉIeMENTS d'uN COURS dE MORaIe ET dE polÏTÏQUE pOsiTivES. QueIqUES OUVRAqES ïtaUens, comme Ies Dames IILustres de Boccace, REMpUcENT La LÉqENdE Dorée et tïennent Ueu dE ce que sera plus TARd Ie PIutarque d'AMyoT. Un seuI ouvRAqE TbÉoloqiQUE, Ia CiTÉ de DiEU AppARAIT SUR CE CATAloqUE, OU il foRME I'ÉQUÏVaIeNT dE CE QUE SERONT UN joUR Ie DisCOURS SUR I'HisToiRE U NÏVER- SeIIe dE BoSSUET ET SA PoLMqUE TÏRÉE dE I'EcrIture SAiNTE On disdNqUE SANS pEiNE I'iNTENTioN dE PASSER A l'ÉTAïdu qOUVER- NEMENT RAisONNÉ ET EXpÉRÏMENTAl ET dE CONTRAÏNdRE Ie FRANfAis a s'iNCORpoRER Ies vertus dE Ia lANquE bvnNE, A Iutter dE pRÉci- sioN et ds Force avec eLIe. Personne n'a plus fAiT que ChARks V pOUR FaIre du Franqaïs UNE lANquE RÉquliÈRE, ÉlÉqANTE ET pkiNE dE RESSOURCES. GrACE A lui s'EST CRÉÉ CET iNSTRUMENT UNiQUE, Qui Albiï ETRE Ia pROSE FrANQAÏSE. On NE SAURAk ESTiMER TROp bAUT CETTE ENTREpRÏSE dE TRANsIatÏON ET Le TRAVAil dE CES obsCURS OUVRiERS, PiERRE BersuIre, RaouI dE PresIe, Ie carme Jean CokiN, Ie coRdEÜER DenIs FoullEcbAT, Laurent dE PremïerFa!t, Qui en Furent Ies ARïisANS. Dans l'EspACE d'uN dEMi-siÈcls, Ia lANquE enFantïne dE JoiNviLLE SERA dEVENUE U pROSE ENcbANTEE dE FROisSART. CeS boMMES TROp oubliés ONT CONSTiTUÉ EN FRANCE Ie pREMiER MONU MENT du lANqAqE UttÉraïre. lis ont FaU pouR nous ce que Fut dEUx siÈclus plus TARd pouR L'AllEMAqNE, Ia BiblEdE LuïhER Que CETTE TRAduCTioN SE soiï AppliQUÉE A dES AUTEURS pRofANES, pluTÓT Qu'a UN TEXTE SACRE, c'eST UN FaÏT d'ou dEVAiT dépENdRE TOUT I'aVENÏR dE NOTRE CuItURE. DaNS CES COMMENCEMENTS dE 1'buMANÏsME Franqaïs, tRnnent déjA nos dESTiNÉES spirItueIIes. Le IeCTEUR VOudRA biEN ME pARdoNNER CET boMMAqE, QUE j'AURAis voulu FAiRE plus COURT; il ÉTAiT iNdispENSAblc pouR EXpliQUER Ia suiTE. Cette RÉVoluïioN dANS Ia NATURE dES TEXTES AMÈNE UN cbANqEMENT pARAllÈU dANS Ie STyLE ET IeS bAbiTudES dE L'iHustratïon. Le pEiNTRE suiï Le copisTE. On sort décidÉMENT du syMbolisME et dE Ia TbÉoloqiE on quItte Ie MONdE dES idÉES pURES, ON ENTRE dANS Ie MONdE dES FaItS ET dE U rÉaUtÉ. Ou pluTÓT, CETTE RÉaUtÉ pRENd UNE ACCEpTioN TOUTE NOUVeIIe AU liEU ds siqNifiER Ia vÉRiTÉ iNTslliqiblE, Ie MONdE dES essences et des cbosES éterneIIes, Ie mot ne désiqNE plus, au contraIre, que Ie SENsiblE, Ie MONdE dES pbÉNOMÈNES ET dES cbosES teILes qu'on Ies voiT; on dsscENd du eieL sur La terre. C'est un nouveI art Qui COMMENCE. La TRANsfoRMATioN s'eST AcbEVÉE dANS L'ESpACE dE quarante ans. Deux qÉNÉRATioNS y ont suffi. CommencÉe vers 1Ï70, a l'ÉpoQUE du Parement dE NARboNNE eIIe AppARAIT COMplÈTE EN 1416, A U dATE dES Trés RicbEs Heures du due du BERRi, c'EST-A-diRE UNE QUÏNZAÏNE d'ANNÉES AVANT Ie cbcf-d'cEUVRE dES Van Eyek. Rarement il s'est pRoduiT dANS L'art cbANqEMENT dE cliMAT plus RAdicAl. QuANT A diRE si l'ESpRiï A qAqNE OU pElfdu AU cbANqE, s'il s'est AbAissÉ EN dÉSERTANT IeS RÉaUtÉS TRANSCEN- dANTES, c'est UNE QUESTioN MÉTApbysiQUE Qui n'eNTRE pAS dANS CETTE ÉTuds: IeS CEUVRES RÉpONdENT pAR eIUs-MÊMES. VoyEZ, AU CONTRAiRE, Us dÉdiCACES des livRES dE CbARlES V ceIIe du RatIonaL dE 1174 est encore d'uN ARTisTE léqÈ- REMENT viEUX JEU visiblEMENT RETARdATAiRE iL CONSERVE Ies foNds QUAdfiillÉs, l'ENCAd rem ent d'ARcb iTECTURE a Ia Mode du siÈcU pRÉcÉdENT (biEN QUE U ColoNNETTE Qui pARTAqE Ia SCÈNE AiT déjA UNE AUTRE fONCOON QUE CeIIe d'uN dÉCOR STylisÉ), MAis U FiqURE du Roi EST ÉvidEMMENT UN pORTRAÏT. On reconnait son loNq NEZ TlïisTE, SES joUES MAÏqRES ET disqRACÏEUSES, SA boUCbE AffAblE,

Arts et Metiers Graphiques fr | 1937 | | page 54