du réeL commence ds Faïre ÉcLater Les anOennes FormuLes, ExiqE La réaHté dANS La CiTÉ dE Disu dE 1578, appartenant a CBarIeS V, ON voiT AppARAITRE Le TROMpE-L'cEil, Ie ReUeF ET juspu'A dES ESSAis dE pAysAqE, MAis L'artIste, en revancLie, PIetA La mère se pRÉcipiTE dEMi morte sur son Fils, SAiNT Jean SON SOURiliE ÉdENTÉ, SA MiNE dÉliCATE, SOUpfRETEUSE 1 ENSOMME, TOUS lES TRAiTS pUE NOUS CONNAisSONS biEN pAR I'AdMiRAblE STATUE dE l'ÉqliSE dES CÉIeStInS. MÊmE siqNAlEMENT dANS ks MiNiATURES du VaIere-MaxIivie. L'iMAqE Fa plus curIeuse est ceIIe qui se voiT en tête du PolicRATicjuE dE 1572 on a aFFaIre ici A UN MAITRE ds Fa jEUNE ÉcoU, TOUT pROcllE d'ANdRE BeAUNEVEU, pui a pEÏNT Ies PRopbÈi es du PsautIer dE Jean dE BerrI, pEUT- ÊTRE BeAUNEVEU lui-MEME, OU SON ÉIÈVE JeAN ds BoNdol. 1_E Roi EST dANS SA LibRAIRIE, biEN Assis dANS SA cbAiRE, ENVEloppÉ dANS SA FlOUppElANdE, iNSTaLIÉ dEVANT SON pUpiTRE, lisANT UN livRE OU se voiENT ÉcRiTEs Ies pARoLss du psAUME: Beatus viR pui diliqiï SApiENTiAM II y A MEME SOUS Le bAldAQUÏN UN ESSAÏ dE cUiR" obscuR, un soupqON d'oivibRE Ie loNq du visAqE, un commen cement dE ModzlÉ, UN SENTiMENT d'iNTÏMiTÉ. TOUT CeIa EST EXTRE- MEMENT NOUVEAU. Le MORCEAU Ie plus REMARpUAbU EST pOURTANT UNE pAqE dES CRANdES CbllONipUES (IN0 91) REPRESENTANT UN bANOUET oFFeRT GltANdes I n I J i i CIhronipues pAR Le ROI, EN I ill, EN SON PaLaiS du Louvre, A SON ONcIe dE France LeMpEREUR CbARlES IV. Le VoluME EST dATE dE 1580. La pEiNTURE (N° 91' pAqE 50)' EST pRESpUE UNE cboSE VUE UN doCUMENT CONTEMpORAiN, COMME UN REpORTAqE dE joURNaI. L'ÉvÉnEMENT dE CE bANpUET, pui I'aVaH RENdu MÉMORAblE, EST pu'ON y VOÏT UN ENTREMETS (iNTERMÈdE), UNE pANTOMiME A qRANd SpECTAclE, SUR Ie tBÈME dE Fa CRoisAdE Ie XIVme siÈclE raFFoIaït dE ces macIones, oèj trIom- plmiT Le taIent dE ses iNqÉNiEURS. Une bARCASSE avec tous ses AqRÈS TRAVERSE La SaFIe du FESTiN PiERRE F'ErmIte, a La poupE, ExhoRTE Les soldATs; Les TROupss dÉbARpuENT et doNNENT L'assaut A UN doNjoN pu'oN ApERpoiï A dRoiTE, OCCUpÉ pAR LES SARRAsiNS. On iMAqiNE Les FanFares, Ie bRouliAbA, 1'ApoTbÉosE. RÉqAlAqRÉAblE A oFFRiR A UN FaNTÓME d'EMpEREUR DÉjA La CROisAdE EXERpAiT SUR L'iMAqÏNATioN SA puisSANCE dE NOSTAlqÏE dÉjA s'ÉbAUcbE La poÉsiE dE La JérusaLem délivRÉE La diFFiculTÉ pouR Ie pEiNTRE ÉTAiT dE COMbiNER LeS doNNEES d'uNE SCENE COMplEXE," il FaLLaIT montrer a La Fois La TAblc, Ies convives, Ies oFFiciERs dE bouchE s'eMpRESSANT AVEC LeURS plATS, ET EN MEME TEMps, La pARAdE NAUTÏQUE ET MiLiïAiRE. IL FaLLaÏT MONTRER Ie SpECTAClE ET LeS spEC- TATEURS, Les pERSONNAqES ET LeS FiqURANTS du divERTÏSSEMENT. C'ÉTAiENT dEUX TAblEAUX EN UN SEul, ET c'ÉtaH bEAUCOUp pOUR Ies MoyENS doNT disposAÏT Le pEÏntre. On ne sauraït diRE pu'il AiT COMplÈTEMENT RÉsolu Ie pRoblÈME. MaIs RiEN n'eST plus CURiEUX pUE l'iNSTANT OLJ l'ON VoiT Ie pRoblÈME SE pOSER, ET OU La pRESsioN L'iNVENTÏON d'uN VOCAbuLAiRE iNÉdiT, ET viENT boULeVERSER L'ïdÉE puE Les ARTisTES se Faïsaïent dE La Forme. On N'ATTENd pAS pUE j'ANAlySE La SÉRiE dES TRANsidONS, dES COMpROMis SUCCESSES PUE Les pEiNTRES ONT pRoposÉs pouR liMÏTER L'iNVAsioN dE TANT dE choSES NOUVeLLeS, ET pouR FAiRE SA pART A EliMiNE Ia couLeur et se Went a Ia qnisAiLLe pouR Les FiquiiES dEs pERSONNAqES. Dans dEUX üvres du due dE BerrI, un GuïLLaume dE MacBaut ET UNE CbIlisTÏNE dE PisAN »(n"107), AppARAisSENT dES iNTÉ- ,LaDames i j J' i N° 107, PAqE 51 RIEURS, dES dEbUTS dE pERSpECTIVE ET dE dECOR REEL I ON VOIT UNE saLLe AVEC SON CARREAU, SES SolivES ET La RANqEE dE SES FeNETRES, doNT L'uNE a UN pANNEAU ENTIl'oUVERT (MOTiF si FrÉPUENT dES TAblEAUX du Maïtre dE FLémaLLe) Ie MiliEU est cree et un pREMiER ESSAÏ dE l'ÉTudE dE l'ATMOSpbÈRE. DaNS UN livRE dE PiERRE SaLmon dATÉ ds 1409 La dÉdicACE a CIiarLes VI n'est pLus pu'uN pRÉTEXTE A UNE dESCRipïioN du LOUVRE Ie pEiNTRE NOUS RACONTE TOUT CE pu'il A VU EN chEMiN, dANS Ie C,RANd pAlAÏS MySTERÏEUX, AVANT dE pARVENill juspu'A L'AppARTEMENT du ROi. II NOUS dÏT SON ÏTiNERAÏRE, La qARdE dE Ia pORTE, Ie MOUVEMENT dES vaLets et dES cuisiNiERS dANS Les cours, etc. C'est un panorama du Louvre, une vue cavaUère, ANAloquE a ceLLes puE présenteni Ies vieïLLes TApissERiES, Les paravents dE l'ÉpopuE MiNq. DurrIeu ATTliibuE CETTE pEiNTURE AU MAITRE dES HlURES dE BoUCiCAUT J Ai pEiNE A RETROUVER SA MANiÈRE dANS CETTE pAqE UN pEU dÉCOUSUE. Un livRE un pEU antÉrïeur, dATÉ dE 1405, Ie Lïvre dE L'ANqlAis HAyTON, HisTOiRES dE Ia TerRE d'ORÏENT oFFre encore plus d'iNTÈRET, pAR La dÉlicATESSE dE l'EXECUTiON, ET pAR U SOMME dES CURiosiTÉS NOUVeIIeS doNT iL TÉMOiqNE 1 qRANd eFFort dE dÉpAy- 5EMENT, dÉCOR SAUVAqE, MONTAqNES pÉTREES, bivOUACS dE ÏURCS dANS Ie Caucase, pies EN hÉlicES ET EN pAiNS dE SUCRE, copiÉs sur ceux dES CRÈcbES (on y retrouve Les cassures et Ie qivRE dE Ia TOiIe AMidoNNEE) ET, LA-dEdANS, TOUTE UNE MÉNAqERÏE EXOTipUE, OURS, ÉLÉpbANTS, chAMEAUX, ANTÏlopES, COMME UNE boiTE d'Allcb E dE INoÉ, pui SE dÉVERSE SUR I'ArARAT, AVEC, AU pREMiER plAN, UN RAvisSANT pETÏT CAVaHer, pAREil A UN oisEAU dE pARAdis, SUR SON dÉliciEUx cbevaL blANC. Que dE cbosEs dANS ce TAblEAU dE pueI- Pues centïmètres IL y a dÉjA LA Le meHLeur dE PïsaneLLo, et ce bEAU dÉsiR dE CONpuÊTE, CETTE SOÏF d'EM blIASSER La TERRE, dE CONNAITRE La dEMEURE dE l'bOMME ET Ia divERsiTÉ AdMiRAblE dES CRÉATURES. PETiTE ÏMAqE, qRANdE COMME Ie MONdE, pui EST UNE Fenetre ouverte sur L'UnIvers. On est ici A La veïLLe des cbsFs-d'cEUVRE dES LiMbouRq, et je SERAis MÊME TENTÉ dE Voifi dANS CETTE joliE pEiNTURE UN dE LeUKS pREMiERS OUVRAqES. SaNS doUTE, iL EST pERMis dE pilÉFÉRER A CETTE MANiÈRE dE FaIre Ie STyU du TEMps dE SAiNT Louis. En FAiT d'oiliENTAlisME, dE caravanes, d'idyllE biblipUE, l'bis- TOiRE dE RÉbECCA, dANS Ie pSAUïiER dE CE DRiNCE (|N° 57), dÏT TOUT PsAur'ER dE it .i j. i i i SA'NT Louis (N° 57, L ESSENTIEL, SANS SE UlSSER dlVERTIR pAR Ie COTE ANECdOTIQUE ET lES pAqE 59). ACCESsoiRES du suj'et. L'artIste dE cette qiiANdE ÉpopuE pENSE, COMME PoUSsiN, PUE RiEN NE doiï U disTRAifiE dE son buT, pui EST 1'EXpRESsioN du RyïbME, dE Ia NoblESSE ET dE La bEAUTÉ. Ce MAITRE EST UN clASsipUE. SeLon La qRACÏEUSE iMAqE dE CbAMbllAy, dANS Ie paLaïs dE PÉNÉlopE, il FaIt sa cour A La pRiNCEssE et Laïsse Les qAlANTS MoiNS diFficilES se consoLer avec Ie FreBn, et FaIre Leurs dÉlicES dss suivANTES. A La boNNE Leure IL est trés bEAU ds fAiRE Le dÉqoÜTÉ. Maïs il pEUT y AvoiR dES soubRETTES cbARMANTES, ET plus d'uN A RENCONTRÉ dANS CE REbuT UN TRÉSOR. L'art viï dE ces trouvaïHes. Le tort des arts idÉAlisTES est cI'arRivER FataLement A UNE SORTE d'ACAdÉMÏSME. L'ÉCUEil dES RÉA- LisMES EST dE TOMbER A LeUII TOUR dANS UNE CERTAiNE VulqARiïÉ. En tous cas, dANS ce renouveHement totaL dES Formes et du lANqAqE, Aupue! nous AssisTONS en France aux envïrons dE 1400, il s'est trouvÉ plACE pouR dEs taLents pUE IliEN n'eüt Laïssé pRESSENTiR, UNE VÏNqTAÏNE d'ANNÉES plus TOT. II y EUT A CETTE dATE UNE pOUSSÉE iNCROyAbLE dE SÈVE ET dE qÉNis. Sans PArIeR dES LiMbouRq, doNT L'cEUVRE (jAMAis TROp VANTÉe) EST dEVENUE popu- LaIrE, ET dEVAiT SE RÉpÉTER EN CENT ÉcboS pENdANT UN siÈclE, JUSpu'AUX pAqES du CAlENdRÏER du BRÉviAiRE CrIman!, sans ParLer dES Heures dE TurIn pAR maLLeur anéantïes, Ni du Fameux Térence dES Dues», qloiRE de L'ArsenaL, on a de cette ÉpopuE UNE dEMi-doUZAiNE dE VoluMES doNT La IlicbESSE et La Beauté n'ont jAMAis Été surpassées. Le BRÉviAiRE da Bsd- FoRd Le BiiÉviAiRE A l'usAqs dE Parïs Les Heures dE Clis- SON ET plus TARd LeS HeURES dE LaVaL pAR La MulïiTudE et La perFectïon ds Leurs pETiTES scènes, sont dES OUVRAqES sans pRix. Maïs iL Faut mettre A pART dANS ce Lot un Bvre extra- ORdiNAiRE. Les CRANdes Heures dE RoBan (N° 159) dE CRANdEsHEURES dE A r 1/^1 *1111 RoilAN (N° 1?9, V/RAI ENT ETRE AUSSI TAMEUSES QUE CEUeS OE CHANTllly. I_E CaIeN' pAqE 55). dRiER, pAR 1'AboNdANCE ET La NOUVEAUTÉ dE SES pEiNTURES, EST AU MoiNS ÉqAl A CElui dES TRois Freres enLumIneurs EnFIn, outre UNE FouLe dE viqNETTES plACÉES A cbApUE pAqE ET pilEspUE TOUTES AdMiRAblES, il s'y TROUVE UNE doUZAÏNE dE SCÈNES d'uN ARTiSTE iN- CONNU, pui COMpTENT pARMÏ LeS CRÉATioNS LeS plus iNOUÏES dE L'aRT cbRÉTiEN. Un qÉNiE dRAMATipUE d'uNE puisSANCE iNSOUppONNÉE ÉclATE dANS CES pAqES. L'AUTEUR EST UN visiONNAiRE d'uNE ESpÈCE SANS NOM, UN MÉlANqE ÉTONNANT dE BLaI<E ET dE CRUNEWAld. Le TRAqipuE ds La mort, Les aFFres dss Fins dERNiÈREs lui iNspiRENT dES SCÈNES bAlluciNANTES dE dÉSESpoill. JAMAis La dÉTRESSE du CAdAVRE, jAMAis SA TERRiblE SoLiïUdE n'oNT ÉtÉ EXpiOMÉES COMME dANS SA I'aRRAcBe A CETTE ÉTREiNTE, EN La CEiNTURANT A bRAS Le CORpS, TANdis pUE SON visAqE ApOSTROpbE Ie CÏeL ET lui AdRESSE UN loNq REpRO- cbs; MAis du Baut dus nues, I'Ancïen dES jouRS pENcbs sur ce dÉSASTRE SA TÊTE FoRMidAbU ETSEMbLE RÉpONdRE A La TERRE pARUN qÉMisSEMENT. UnE dÏAqONAlE dÉcbiRANTE, COMME UNE ÉcBeIIe dE 47

Arts et Metiers Graphiques fr | 1937 | | page 55