JOSEF FLEJSAR 5 6 ou de produire des variations intéressantes sur un thème vite démodé. Josef Flejsar a réussi a harmoniser des valeurs culturelles élevées avec un effet publicitaire remar- quable. La raison en est sans doute que l'artiste n'a pas cherché a devenir exclusive- ment graphiste publicitaire. II Ie doit a son professeur a l'Ecole des Arts Décoratifs de Prague; Antonin Strnadel, qui s'est fait un nom comme i11 ustrateur, a orienté la car rière de son élève en lui montrant l'impor- tance qu'avait pour tout créateur Ie sens de la culture populaire. Qu'on ne s'y mé- prenne pas: ni Ie mattre, ni Ie disciple n'ont imité servilement l'art populaire. Flejsar a su se tenir a l'écart des clichés et a mis au point un style hautement personnel. La maïtrise parfaite du dessin et de la technique picturale ne sont pas pour lui une fin, mais un moyen d'expression, comme l'écriture par exemple. On peut en effet dire de ses travaux qu'ils sont écrits avec ce raffinement qui caractérise les hautes époques, celui des calligraphes du moyen- age ou des scribes chinois. Notre com- paraison peut apparaitre singuliere, qui réunit l'art populaire tchèque et la Chine ancienne. Et pourtant elle éclaire Ie pro- blème propre au graphisme publicitaire moderne: combiner en une unité harmoni- euse la tradition nationale et Ie désir d'une forme artistique actuelle. Josef Flejsar a apporté sa contribution a cette tache capi- tale. En s'efforcant d'atteindre une expres sion réaliste, il n'a pas cédé a la tentation de ne voir dans Ie réalisme qu'une imita tion aveugle de la réalité. Son propos est Ie même que celui des peintres chinois qui - nous empruntons cette formule au des- sinateur et écrivain quest A. Floffmeister - «n'ont pas créé des images d'objets, mais des images a propos d'objets». Lui aussi, on peut Ie dire, «écrit» ses affiches, ses reliures ou les expositions qu'il compose. Et ses oeuvres ont une certaine analogie avec des dessins d'enfants: elles en ont la simplicité, la pureté, l'authenticité et la force d'expression. 9

Gebrauchsgraphik de | 1960 | | page 13