bellisSement, et cela simplement pour s'amu- t, ser. II conserva ce plaisir a la forme et aux e formes lorsqu'il entra a l'école primaire en 1955. A quelle main bienfaisante doit-il d'avoir pu ordonner cette passion précoce? on I'i- s gnore, mais il est certain qu'aucun didactisme extérieur n'a influencé ou corrigé son élan e createur. Et sa fréquentation du lycée ne mo- r difia pas non plus son évolution de dessina- f teur. Bien au contraire, les idéés se multipli- èrent: il remplitdes feuillesde croquisgrotes ques, de têtes, d'êtres fabuleux, de dragons, d'autos, de gangsters et de vampires; et rien ne lui paraissait trop absurde pour la repre sentation graphique. Au bout de 9 ans, Nast- vogel passa son baccalauréat et entreprit des études germaniques a l'Université d'Erlangen. Mais il resta fidéle sa passion, continua a dessiner et a remplir des carnets des entrelacs y semblent évoquer les chemine- ments compliqués de la pensée et traduire tout Ie pandémonium d'une imagination té- méraire. Cette forme d'expression ne lui suffisait pas; il s'essaya comme écrivain, composa des poésies macabres, congut des comics policiers et trouva même Ie temps de tourner en 8 mm des slapsticks grotesques qui animent ses dessins. Si Nastvogel est encore un caricaturiste inconnu, son renom ne devrait plus tarder a se manifester. Kurt-Uwe Nastvogel 53

Gebrauchsgraphik de | 1969 | | page 59