florum tentorium m. .'/p Salem. Veï mbrum pan man jferrica Ju/Jvn/um oJorant In cailro 1t ram Jucunt; as can am nut mm ,/erpmru, \vrrnmi ■p r.ime Xcpuntur ,w pro /w tdtomair Vtmrur 1 crU iran/He ntih ,-crhqat mf/pmntur v?/f«- fixa haiih tuncntomm camel,n-urn p.-. orumpa. Cftrrarumq, repujomta rtfc r.-nru.li Jrh pepub jrejif pafctnM, or mctaqfiiir gvf /hipenh qiitdom men morpbofi, repair mjaxa rgtat,prion fin ma 'tuILi in part.- Jimmur.i T.urmt i\ p-.•Jj./iimi anno metier 500. retro Itpiis-S» mssggmgep** I'veffvtk Stan lnotr <K. agent jens cateruatim tie jit, vi c'l m Ionia holetqs rttnm htuufinodicum rS dtuoum tpfir^factrdos pcrqqit, finqumemlac. cfjhnu) lumcnterun aötpit.M terr^ mi/cct ml Vol quoddam wfundic, cotfo arbortmJcanditatfy exit ne balatam p.fu&mJjtotjU, atft bfc <fl>erfi' bo hetur 6L cohtur.<Sum qua diem inter Slot chit,locoftptdtu- r< arkorihus jüjftcnAót T A S KT.N T. CHIRKAWJ 711umnu |ra*Tv.s \zvxi J fyvj - "J f R V 5 5 r A E, At o s c O V I A E T TAR TA R I A E D E 5 l-RI P T 1 C). 'Jvn intonw lcn£enjmo_ miujQ. ,\ftu L onJwi Anno, j j> 6 2. (rfduatn illid érijs J> Hotnrico vdnco Ai'aflif jnysuÜ- 'Kyrmt Vrqcmc A. L' v' ante I'ora)anparua, jKyf 'Vtrauo adamantihatJar tat a nig' htpxgnatajpu Shamarcandh «5w» tatiui ia'rtarte metropolsfiat, at nunc tma defifrme iacrt.vna aim mu/tr, anbipatntn Vefti jip'Hi nmJitvs eitTameHanes tSe.pu Mm'THrcaru'JmprntotpTlayHifitP cap turn cotrett catena \mdum, araontmt hu-ok mabumttam Jtatb? arapcmji monies animait les vastes espaces marins de fiers vaisseaux naviguant toutes voiles déployées ou des ébats de quelques grands pois- sons. Peintres et dessinateurs de cartes, une fois les cötes tracées avec le plus d'exactitude possible, remplissaient l'in- térieur des terres d'une foule d'éléments pittoresques. Quant aux inscriptions des cartes, généralement fidèles aux modes calligraphiques de l'époque, elles contribuaient égale- ment a la décoration de l'ensemble. L'écriture des cartographes du moyen age garde quelque chose des minuscules carolin- giennes telles qu'on les trouve dans les trés anciennes cartes gravées sur bois de cette lointaine époque; vers le milieu du 16e siècle, la gravure sur cuivre en tant que procédé de re- production des cartes géographiques connaissant alors une vive recrudescence, la cursive romaine des chancelleries se trouva en vogue, tant pour les inscriptions des cartes que pour l'impression des textes en général. Le type d'écriture dit cou- lée employé de préférence par les cartographes italiens et flamands, convenait a merveille aux inscriptions figurant sur les cartes: claire et régulière, encore que tenant peu de place, elle permettait de disposer et de graduer correctement les noms, tout en complétant harmonieusement le dessin général. Les majuscules ornées et les fioritures des lettres finales telles qu'elles apparaissent dans les ouvrages d'une période plus tardive témoignent de l'exubérance calligraphique dont pou- vait s'accommoder cette écriture. C'est dans les éléments formels de la carte bord et en- cadrement, échelle, rose des vents, armoiries et cartouches que le cartographe s'efforpait de trouver les principaux prétextes a l'embellissement de son ceuvre. On trouve ici, au 16e siècle, de complexes arrangements de réseaux et de paraphes encadrés d'ornements Renaissance et, au 17e siècle, une multitude de détails naturalistes en rapport avec le sujet de la carte. Finalement, le coloriage ne servait pas seulement le but fonctionnel de la carte, mais en relevait en outre l'effet déco- ratif. Le choix des couleurs était régi par [Suite a ia page 467] 412

Graphis de | 1951 | | page 40