Das Erscheinungsjahr der voil entwickelten Clarendon ist 1843. Die erste Form dieser Schriftart, «Ionic» genanntund der Haas'schen Clarendon nicht unahnlich, wurde vom Londoner Schriftgiefier Henry Caslon herausgebracht. In ihrer von Hermann Eidenbenz in Basel überarbeiteten neuen Gestalt lafit sich die Clarendon mit klassizistischen oder Mediaval-Textschriften mischen, also z. B. auch mit der «Diethelm-Kursiv» Haas'sche SchriftgieiSerei AG. Münchenstein-Basel AFFICHES ESPAGNOLES ETIQUETTES DE BOITES A FIL Clarendon images de Bale dues a Afflerbach sont au nombre des plus belles qui aient vu le jour depuis l'époque de Merian, car, comme tous les autres ouvrages de ce jeune artiste graphique d'un si remarquable talent, elles vivent a la fois pour elles- mêmes et en fonction de l'amour toujours conscient de leur auteur pour l'objet représenté. quables parmi tant d'autres non moins doués d'une forte per- sonnalité jointe a un solide savoir et a une vaste expérience. Les «pionniers» des années 1890 ont montré la route sur la- quelle, aujourd'hui, les disciples s'avancent brillamment et sans faiblesse pour garantir a l'art de l'affiche la place glorieuse qui lui revient légitimement. [Suite de la page 61] La propagande murale se développant en Espagne selon le même rythme que la publicité en général, les affichistes sont de plus en plus nombreux. Aussi a-t-il été pos sible de montrer en 1950 une exposition rassemblant un choix de la production dans ce domaine depuis 1940, sélection présen- tant au public plus de cent affiches. Et Garcla-Ortega, suivant l'exemple de Ribas, organisa a son tour une exposition person nels, véritable defense et illustration du dessin publicitaire. D'autre part, lors du concours organisé par le quotidien madri- lène pueblo, cent cinquante artistes prirent part a la compétition. II serait osé de prétendre énumérer ici les affichistes les plus éminents; toutefois, nous ne saurions négliger de mentionner au moins le regretté J. Morell, le populaire Manoio Prieto, Garcla-Ortega, Rey-Padilla, Vicente Viudes, Lopez-Gallego, Ferrer-Sama, Riera-Rojas, Luna, Enrique et Vicente Gil, Joa quin Cadenas, José Briones, José Bort, tous artistes remar- [Suitede la page 3;] Et nous n'avons rien dit de toutes ces images multipliant les lecons de choses sur la botanique, les animaux, les armes des villes, les grands hommes, les pèlerinages, les sujets religieux, sans parler des rappels de romans ou de pièces célèbres. II y en a trop. Mais notre affection va surtout a ces petits commercants pris dans leur boutique désuètela mercière, l'épicier, le tailleur, la couturière et sa machine a coudre, a ces artisans urbains, mo- destes gagne-petit, dont certains ont aujourd'hui disparule col porteur, le montreur de pantins, le porteur d'eau, le rémouleur; ou bien encore au postillon, au messager, au garde champêtre, au facteur a vélocipède. A ce moment, on vivait paisiblement, sagement, travaillant davantage, et l'on avait le temps de faire bien des choses dont nos contemporains prétendent ne plus pouvoir s'occuper. 81

Graphis de | 1953 | | page 91