FOLIES-BERGÈRE V THLATRL DL LA RENAISSANCE APAPtA^iQN OëM' Arma is? d D'ARTOlS 17 (1896) 18 (1893) 17) Theatre poster. 30X 81". Printers: Champcnois, Paris 18) Poster for the Folies-Bergère. 35 X49". Printers: Chaix, Paris 19) Poster for motorcycles. 55 X 77". Printers: Vcrneau, Paris 20) Poster for sterilized milk. 39 X 55". Printers: Verneau, Paris 21) Poster for a newspaper. Printers: Cassan, Toulouse—Paris ers le milieu du XIXe siècle, les grands peintres, s'éloignant du naturalisme, ouvraient a l'art des voies nouvelles, et d'éminents artistes se plurent a créer des affiches - genre de production tenu, jusqu'alors, pour le plus bas et méprisable des arts graphiques. Edouard Manet, un des premiers, éleva l'affiche au rang d'ceuvre authentique. Dès ce moment, l'artiste non seulement donne a l'affiche son style, mais participe égale- ment a l'élaboration du message publicitaire. La scène de genre naturaliste, l'illustration mélodramatique cèdent le pas a l'image suggestive. Jules Chéret, a Paris, dispose souverainement de ce nouveau langage; soixante-dix ans avant l'avènement de la pin-up-girl, il exploite le pouvoir d'appel de jeunes dames sai- sies dans la grace furtive du mouvement, lesquelles, appétis- santes et frivoles, offrent poudre de riz, pétrole de süreté ou cire a chaussure. Chéret et ses contemporains découvrent les principes dont dépend l'efficacité de l'affichel'importance de l'actualité - et même d'un certain avant-gardisme - dans le choix des thèmes la nécessité de renoncer aux détails accessoires pour que do- mine le motif principal; l'attrait suggestif des couleurs fraiches et gaies; la concentration des moyens sur le slogan. Alors qu'elle s'adressait auparavant au passant flaneur, qui s'arrêtait pour en examiner sans hate le texte et l'image, l'affiche, désormais, interpelle le citadin pressé [Suite ia page 560]

Graphis de | 1957 | | page 74