s Ce que nous voyons n'est que ce que nous croyons voir. Observé dans un miroir convexe ou concave, notre univers devient son propre travestissement. Les corps vus a travers de l'eau mouvante sont fragmentés en fictions d'eux-mêmes. Qu'est-ce que la vérité visuelle? Franco Grignani, parti en quête de cette vérité dès le début de sa vie, a toujours été fasciné par les phénomènes et les illusions de la perception. II a vécu, pourrait-on dire, aux confins de l'art et de la science tout aussi bien que dans le domaine bien plus déroutant qui s'étend de l'ceil humain aux espaces semi-explorés de l'esprit. Dans sa jeunesse, il cötoya quelque temps F.T. Marinetti, le chef de file des futuristes italiens, et ses créations s'en ressentent encore au- jourd'hui. Pour ses recherches, il se sert des instruments de la science, 376 procédé avec système et présente ses résultats dans une exécution ibee cable qui dénote le perfectionniste. Pourtant, Grignani est bien plus l'ui chercheur: son ceil reste partout et toujours celui de l'artiste ck: designer. «J'ai eu la chance, dit-il, de m'occuper pendant des année' 'an graphique Se préoccuper de communications visuelles, c'est app uti. ses recherches a des buts concrets. Or, c'est précisément dans ette activité professionnelle que j'ai pu mettre en oeuvre les princip de mes analyses.» Cette étude des structures visuelles le fit bientöt pénétrer dans do-, maine complexe des illusions optiques: des figures bidimension lies prennent une valeur spatiale (fig. 5), des dessins statiques devie. est dynamiques (fig. 3), la vision stéréoscopique produit une impreion

Graphis de | 1976 | | page 70