IJ Death ot a salesman till HI V-HSee-VT-ft iSt'l**"!*» ft 7-^-St— BKffl* «BUHHKIftttX K-JlttS ««4 HKHÏB .m. 8* MS» BW 8®«A «*-» SS UfttH* i*;BS=s sses *a»« DJ* its* sas$ tiffiliS *T* USE» 5i5ïö 'M»C mm aaa wusfr? «tswf *pai mm zmi <m»« 9A5B& 29B fl 7B6K150MI BH-SB15S30» 1IL16B 'X tti* AW A3000R-B2500PJ SSffiS tfi?» BSC»* 464 5111RH60 feisi-st!- msvl'■n^■t^ Bit»» 4645100 5101 «HSÏ 401 5131 ilij 81E3 j aornt 33x; rt'j d 33 ac UJ 133L 3gjsrr ab $e uorion i£i amir l sb >$2 3 goal ]3 snir cifijisn E3 3X ;£q ai£ «UjH3i £q)^BB ixt>I sb roq an xiu ab 3b IKDÉ :3£ViS33 nomai .aamr: I ZU33 3 èl'11£ 33ïaili étais en route pour mon lieu de travail, le matin, jouant des coudes dans un train bondé oü le mieux qu'on a a faire, c'est de fermer les eux en attendant que ga passe. II faisait chaud, on étouffait. Au-dessus de moi se balangait une pancarte publicitaire oü l'on voyait une jolie fille sxécuter une pirouette, sa jupe flottante découvrant ses jambes. C'était me image fraiche, saisissante, sexy sans être vulgaire. De temps a autre, 'image de la pancarte était remplacée dans les trains, mais l'impression ile fraicheur, elle, subsistait: c'est ainsi que cette galerie de jolies fïlles est levenue familière aux usagers du train quotidien, et avec elle le nom et 'image de Parco. Parco, c'est une chaine de centres commerciaux regroupant des nagasins spécialisés, notamment des magasins de modes, en tout x 200 iiommergants dans neuf centres disséminés dans l'archipel nippon. pepuis sa fondation en 1969, Parco secoue et influence le public aponais par des publicités captivantes et une activité exemplaire visant construire une image globale de marque. Comme son nom tiré de 'italien (parco pare) l'indique, Parco a toujours cherché a créer un .adre de loisirs culturels dans le paysage urbain, un «pare» oü les gens affluent pour leurs achats autant que pour leur divertissement. Parco ossède un theatre qui produit ses propres spectacles, et une maison 'edition de livres et magazines. Cette vaste gamme d'activités est congue et mise en ceuvre a travers le ■épartement Publicité/Communications, dont l'équipe compte vingt ersonnes. C'est la que sont choisis, parmi plus de 200 artistes indépen- ants, ceux qui seront chargés d'une promotion déterminée, a commen- er par le directeur artistique, qui désigne a son tour la dizaine de pécialistes que requiert chaque tache photographes, illustrateurs, etc. L'équipe de Parco intervient fréquemment pour rompre toute tendance a l'habituation et créer des situations neuves réclamant un apport d'idées originales. Le brainstorming est l'une des techniques souvent appliquées, la confrontation d'idées est journalière. L'équipe de Parco fait les recherches nécessaires et collabore étroitement avec l'équipe créatrice afin que le produit final corresponde au but recherché. Bien que la publicité de Parco soit le creuset de nombreux talents fort divers, trois créateurs ont surtout contribué a la fagonner de manière cohérente: Harumi Yamaguchi, Eiko Ishioka et Ikko Tanaka. Harumi Yamaguchi fait appel a l'aérographe pour ses illustrations hyperréalistes de sujets féminins. C'est elle qui a créé les «filles» dans les trains dont je pariais tout a l'heure. Dans son travail, elle incarne ses émotions de femme vivant dans une société qui se transforme rapide- ment. Ainsi, son affiche «Eté 1977» (fig. 6) est le résultat d'un voyage en Californie. Ses sujets féminins lui servent a traduire des sensations, tels Paction du soleil et de l'eau sur la peau nue. C'est pourquoi ses illustrations sont sensuelles tout en restant pures. De manière analogue, Eiko Ishioka met ses puissantes capacités de direction artistique au service de 1'expression de ses valeurs et pensées liées a la condition de la femme dans la société d'aujourd'hui. Depuis «Antisentimentalisme» (fig. 22), son ceuvre est porteuse de messages: «Un modèle, ce n'est pas seulement un joli minois» (fig. 19), «Ne regardez pas les nus, déshabillez-vous», «Une femme apprend a con- naitre l'étranger par la peau» (fig. 24), «Femmes, soyez ambitieuses!» et «Un rossignol ne flatte personne et ne chante que pour lui seul» (fig. 18) expriment eet idéal d'Ishioka qu'une femme doit échapper aux con- traintes sociales. Par ailleurs, des créations telles que «Adieu, terre 485

Graphis de | 1982 | | page 37