Ml 11 i mk i§ ait, ne lui donne jamais de nom. Dans The Curious Sofadont la Iremière edition fut interdite par le Ministère autrichien de l'Intérieur, *n ne trouve pas un seul mot déplacé ni aucune image licencieuse. La lépravation se trouvait dans l'esprit des censeurs. Les dessins de Gorey, qui mettent souvent en scène des douairières ompassées en jupe longue ou des gentlemen en tweed et en faux-col, ont des chefs-d'oeuvre de genre. II se meut a son aise parmi les urnes et es ifs bien taillés. Tout a l'air si respectable - le cauchemar se niche sous ;i surface des choses. Gorey n'a pris que quelques cours artistiques a Art Institute de Chicago, et il n'a qu'un seul style a sa disposition, mais n style raffïné. II a créé un monde d'horreur subliminale qu'il maltrise la perfection. Rien n'y est explicite, mais même le moindre objet est riche en implications funestes. Ses parapluies ont l'air de chauves- souris, ses chauves-souris ont l'air de parapluies. Ses papiers peints et ses lustres sont exécutés avec une implacabilité amoureuse. Même ses arrière-plans sont pleins d'un découragement sans issue, chaque trait semble morbide. Ce scénario lugubre est éclairé par son esprit d'inven- tion et son humour: ainsi, quand la Mort passe a vélo, son phare émet un pinceau de lumière sombre... Nous void done dans eet univers de détresse et de perdition, oü la traitrise habite même les choses les plus innocentes. La nuit tombe, et pourtant il n'est que deux heures. Une silhouette sinistre enveloppée de fourrure s'ébauche a la lumière diffuse du bee de gaz. Prends tes jambes a ton cou, Amélie, enfuis-toi! Ogdred Weary est la, qui te guette... t I

Graphis de | 1983 | | page 89