ingi-ii-iE inchann^E ■IBM. lundi j'El-ais mal mardi j' e I" a is hiEn mEncrEdi jehais hiEn jEudi j'El-ais mal UEndrEdi j'Ehais mal samEdi j'El-ais hiEn, dimanchE je h a is biEn ceI-1-e sEnamE ehail" unE hnnnE SEmainE ELLE _e_E dgmguj-ig pLnbaLEmEnh j La recherche entreprise sur le texte par Pierre di Sciullo vient interroger cet etat de fait. Elle «depasse» I'idee de la typographie pour developper I'experience sur la notion meme d'ecriture. La main, le geste reviennent se materialiser a travers une technologie apparemment froide. Son travail renvoie aux recherches des avant-gardes du debut du siecle, lorsque des createurs (appartenant directement ou non au monde de la typographie) tels que Kurt Schwitters ou Jan Tschichold inventent I'idee moderne du graphisme et voient dans le dessin de la lettre un moyen de communiquer les ideaux profonds qui les animent. La recherche typographique devient la materialisation d'un questionne- ment du createur sur sa propre pratique et I'affirmation d'une volonte de se positionner en regard d'un environnement social. impossible de recentrer le debat sur les m problemes de base, les propos derivent immediatement. S'il est une tradition a laquelle j'aime me referer, c'est celle institute par des createurs tels que Bodoni, qui abordaient la typographie dans le contexte global de la mise en forme du texte. Bodoni n'etait pas seulement un dessinateur de carac- teres, c'etait avant tout un editeur. Grace au soutien de differents mecenes, il choisissait des textes qu'il souhaitait publier et leur donnait alors la forme qui lui convenait le mieux. L'image reelle de son ceuvre pourrait etre accessible si I'on avait a notre disposition des renditions de ses ouvrages et pas seulement des exemples de ses caracteres. La lettre est alors ce lieu de passage fascinant du langage lorsque quelqu'un decide de s'adresser a autrui, de s'expri- mer par le biais d'une communication posee sur le papierla lecture ne se refle- chit plus en termes de lisibilite mais en termes de regard. Un regard qui caresse le texte, s'attarde et puis s'en eloigne, un regard maTtre du jeu qui trouve autant de plaisir dans un texte qui lui accorde le droit de s'echapper au lieu de lui imposer I'enfer mement. Des blancs dans la lecture, des retours sur soi pour mieux retourner vers I'autre, une constante remise en situation du lecteur par rapport a I'auteur. Tout acte de lecture est une experience unique qui ne se soumet pas aux calculs et la typogra phie qui donne au texte sa texture gra- phique, son identite materielle retient en elle cette part immense d'imaginaire. Les alphabets crees par Pierre di Sciullo invitent le lecteur a reprendre la part active qui lui est due dans cet acte de communi cation premier qu'est I'ecriture une certaine approche du graphisme, pas si elementaire qu'il n'y paraTt. Couverture, double page et derniere de couverture du Bulletin, congu pendant la guerre du Golfe Dcr OUid?h o,;"' OLh«r |a Oheu Alice (J 1JB Ugrane 12-441 trom Ouanlangc BHI ui o gi Mon souhait a toujours ete de pouvoir reflechir a I'objet-livre dans sa totalite, dans sa dimension de projet editorial. Aujourd'hui le Macintosh rend a nouveau ce genre de demarche possible, il permet de revenir a une approche synthetique du texte, alors que la photocomposition avait institue un etat d'hyper-specialisation. Dans Qui Resiste ye peux developper un langage autre. Souvent des elements intimes surgissent mais j'eprouve immediatement le besoin de les cacher. Je deteste I'impudeur, elle est une barriere totale, un obstacle a I'echange, cela ne sert a rien d'aller vers les autres dans ces conditions. Ce que je tente de mettre au point dans Qui Resiste est tres delicat. Je voudrais proposer au lecteur un trajet qui le menerait a une sorte de table d'orientation qu'il serait libre d'utiliser ou non mais qui lui donnerait I'envie d'inve'stir le pay sage. II n'est pas question que je lui serve de guide... Muriel Paris Pierre di Sciullo 27

Signes - Bulletin Ars Publica fr | 1992 | | page 29