Graphisme d'utilite publique en Italie De la Biennale de Cattolica a la Charte du projet graphique par Giovanni Lussu La notion de graphisme d'utili te publique remonte, en Italie, a Albe Steiner (1913-1974), un des principaux protago- nistes du graphisme de I'apres- guerre. Pour Steiner - profes- sionnel de Industrie milanaise, communiste militant, divulga tes passionne des avant-gardes rationa- listes, experimentateur de techniques et de methodologies, organisateur infatigable - le graphisme d'utilite publique, destine a la «commande publique est caracterise par la mise en ceuvre de I langages specifiques, differents de ceux de la communication des entreprises et de la publicite. Jusqu'aux annees soixante-dix, il n'y eut en realite, en Italie, que de rares exemples de graphisme relevant de la commande publique (un des plus marquants tut I'image du metro milanais creee en 1964 par Bob Noorda) et la legon de Steiner fut surtout suivie par les auteurs de la communication politique et culturelle de la gauche italienne, Le graphisme milanais, internationalement reconnu, restait, quant a lui, lie aux grandes entreprises du Nord et au prestige croissant du design industriel. Giovanni Lussu Apres 1968, dans tout le pays, se multiplient des initiatives poli- tiques, sociales et cul- turelles, rendues aussi possibles par une active decentralisation administrative, qui accordent une place de plus en plus impor- tante aux images. De nouveaux langages apparaissent, souvent opposes a ceux des matrices rationalistes qui prevalent a Milan, caracterises par un grand eclectisme plutot que par des styles bien definis. Langages qui se referent a I'affiche polonaise, au Push Pin au Mai frangais», a la bande dessinee, au cinema, etc. L'experience de Massimo Dolcini pour la municipalite de Pesaro est, a cet egard, exem- plaire en etroite symbiose avec I'administration de la ville, Dolcini invente, jour apres jour, une communication vers les citoyens, sans se limiter a un style precis, avec une ressour- ce inepuisable. Sa vitalite pro- page ce nouveau graphisme a d'autres experiences dans les regions des Marches ou de I'Emilie- Romagne, la municipalite de Modene deci de ainsi de creer un atelier graphique inter ne, dirige par Elisabeth Ognibene. Puis, a Florence apparaTt le Studio Graphiti(Andrea Rauch et Stefano Rovai) Venise demande a Invenzione Tapiro (Enrico Camplani et Gianluigi Pescolderung) de creer les images de la Biennale et du Carnavala Turin intervient I'Extrastudio (Armando Ceste et Gianfranco Torri), dans le Val d'Aoste Franco Balan, a Rome Giovanni Lussu et Giuliano Vittori, a Salerne le Studio Segno (Gelsomino d'Ambrosio et Pino Grimaldi). A Matera, Mario Cresci met en place une extraordinaire recherche, entre avant-garde et anthropologie culturelle, qui vise a inte- grer la tradition iconographique du Mezzogiorno aux modes de I'intervention graphique contemporaine. En 1984 se tint a Cattolica la premiere biennale du graphisme d'utilite publique (premiere et derniere, car en realite il n'y en eut pas d'autre) intitulee propagande et culture enquete sur le graphisme d'utilite publique des annees 70 a nos jours qui permit de mettre en lumiere I'articulation complexe de toutes ces experiences. Le Comite organisateur de la manifestation etait compose du noyau des premiers experimentateurs auxquels s'etaient joints, par convergence d'interets et de problema- tiques, Paolo de Robertis (Directeur artis- tique chez Iveco), Roberto Pieraccini (Directeur artis- tique chez Olivetti) et Gianni Sassi representant en quelque sorte «l'industrie culturelle» milanaise. Giovanni Anceschi, qui vient de I'ecole d'Ulm et qui fut I'auteur de I'image des transports de Bolzano, ecri- vit le texte introductif au catalogue de I'exposition. Andrea Rauch et Stefano Rovai La Charte du projet graphique 1. La communication et I'information connaissent desormais un developpe- ment prodigieux. Ce systeme, generalise et puissamment structure a I'image des plus grandes entreprises industrielles, produit des phenomenes inquietants de pollution et de saturation visuelles 2. Face a la fragmentation, a la disorgani sation, a la dislocation creees par une culture hyperindustrielle de masse, le graphisme, avec ses capacites a imposer une forme et une identite a la 20

Signes - Bulletin Ars Publica fr | 1993 | | page 20