w Mais, en 1987, le congres «visuel urbain», reuni a Ravenne, se tenait deja sur un mode problematique les deux journees s'intitulant respectivement, «L'image publique du prive» et «Au-dela de I'identite publique». Anceschi, dans la presentation, parle de brassage et observe que les limites entre public et prive se sont peu a peu estompees les agences de publicite produisent des campagnes d'utilite publique, le commanditaire public se trans- forme en entrepreneur, les sponsors prives financent des initiatives publiques, les Ian- gages transmigrent et se chevauchent. La diversite des interventions, parfois en nette opposition, confirme cette analyse. En 1989, fut publiee la Charte du projet graphique (theses pour un debat sur le pro- jet de la communication) issue d'un congres de I'Aiap, I'association des gra- phistes italiens, a I'interieur de laquelle une partie du «groupe de Cattolica» entendait desormais agir. C'est un veritable manifes- te, expression syn- thetique de I'histoire du graphisme d'utili te publique en Italie, nonobstant signe par tout ('establishment graphique milanais... Ce furent les etapes principales de I'histoire, nous avons demande a quelques uns des acteurs de s'exprimer sur ces vingt annees passees et sur la signification de la Charte communication, a intervenir en profondeur et a reguler les flux, doit contribuer a ameliorer le bon fonctionne- ment des structures sociales 3. Partie prenante de toute intervention liee a ('organisation spatiale le gra phisme a pour vocation de lui conferer sa dimension humaine. Lie intrinsequement aux autres disciplines architecture, design, urbanisme, le graphisme opere a leurs cotes et dans une constante interaction Massimo Dolcini Dolcini, comme tou- jours, est resolu- ment optimiste. II reconnait qu'il y a une baisse de ten sion, lui-meme n'est plus consultant de la ville de Pesaro, laquelle n'investit d'ailleurs plus dans la communication, mais il s'est produit un brassage, comme I'ecrivait Anceschi. De nos jours, de plus en plus, des societes privees gerent les services publics. Ce sont des entreprises qui doivent equilibrer leurs budgets qui, desormais, produisent les images auparavant promues par des organismes publics. La communication est changee, elle est devenue un investisse- ment, mais de la part du management" se developpe un reel interet pour des Ian- gages non publicitaires, moins outrageuse- ment seducteurs. Une grande cooperative de construction, commanditaire actuel de Dolcini, illustre ce nouveau type de proble matique, avec I'exigence d'une authentique communication envers I'ensemble de ses membres. L'experience du graphisme d'uti lite publique a fourni les bases de ce nou veau type de communication, conduite dorenavant avec des instruments structu red plus adequats. Dolcini n'est plus res- ponsable d'un atelier artisanal de graphisme, encore moins d'une agence, mais d'une "Structure de conseil pour la communication 4. Nous affirmons que le graphisme, dans ce cadre, occupe une place centrale, nou- velle. II joue desormais, au sein des dis ciplines du projet le role strategique tenu par I'architecture dans les annees trente, puis le design dans les annees soixante 5. Bien qu'articulee en de multiples pra tiques, notre profession est une activite unitaire. Cette unite doit se traduire tout particulierement dans son enseignement, tant d'un point de vue theorique que pratique. II n'existe pas, en Italie, de pro jet pedagogique coherent, en ce qui concerne le graphisme. II est urgent que soit mis en place un enseignement qui puisse a la fois, faire reference a la culture dont est issu le graphisme, offrir une recherche sur chacune de ses pratiques, aborder les disciplines nouvelles comme I'infographie 6. Face a la pollution visuelle et a la complementaire absence de culture de I'image, nous tenons a souligner les devoirs des graphistes la defense de la qualite dans le domaine de la communi cation visuelle, va de pair avec la respon- sabilite vis a vis des usagers. Nous decla- rons le point de vue des utilisateurs fondement constant de notre travail. 21

Signes - Bulletin Ars Publica fr | 1993 | | page 21