rapport a ces outils et supports, de trouver ties reponses, d'effectuer des chcix auxquels elles ne sent pas ou trcp peu preparees. L'ecole superieure d art de Cambrai. t'une des quatre ecoles de la region Nerd—Pas-de-Calais constitutes en reseau (association Ariana), pre pare une centaine d'etudiants, encadres par une dcuzaine d'enseignants, au DNAT option design graphique. Ccmme d'autres ecoles municipales, elle est confrontee a une double serie de questions pesees par la generalisation du multimedia d'une part, le cout d'investissement (machines, logi- ciels...) et le recrutement d'enseignants specif iques (informatique, ecriture, concepteurs...), d'autre part, la pedagegie et I'adequaticn avec les realites du mende prcfessionnel en particulier lorsqu'il s'agit d'un cursus de deux ans. Aussi, des 1995, elle a scuhaite s'inserer dans une reflexion collec tive qui reunirait les principaux acteurs de I'ensei- gnement du design graphique dans les ecoles d art. Creer un dialogue entre les ecoles (Pierre Ccchard), reflechir ensemble sur les enjeux du multimedia dans le design graphique et son ensei- gnement. tels furent les cbjectifs que se fixerent les enseignants organisateurs de cette manifesta tion, scutenue par la revue Signes. Presence des ecoles Sont intervenues l'ecole superieure d'art et de design d'Amiens, Alain Snyers, l'ecole regionale des beaux-arts de Nantes, Georges-Albert Kisfaludi, l'ecole regionale des beaux-arts de Saint-Etienne, Maurice Coussirat, l'ecole regionale des beaux-arts de Valence, Michel Curtenaz, Gilles Rouffinot, l'ecole regionale des beaux-arts du Havre, Jean-Paul Albinet, l'ecole superieure d'art de Cambrai, Pierre Cochard, Annick Lantenois. Intervenaient egalement dans le colloque Jean- Max Noyer, mattre de conferences a l'universite de Rennes, direction de l'URFIST de Bretagne, Pierre Ponant, directeur artistique independant, Pierre di Sciullo, graphiste, Veronique Marrie et David Jimenez, graphistes, de la Galerie 90° a Bordeaux. Les debats etaient conduits par Michel Wlassikoff, directeur de la revue Signes. Etaient presentes dans l'auditoire l'ecole regionale des beaux-arts de Bordeaux, l'ecole superieure des arts et de la communication de Pau, l'ecole re gionale des beaux-arts et des arts appliques de Besan9on, l'ecole municipale des beaux-arts de Caen, l'ecole regionale d'arts plastiques de la Martinique. Etaient egalement presents Marsha Emmanuel, chargee de mission pour le graphisme d'utilite publique a la Delegation aux arts plastiques (DAP), Pierre Lere pour l'Inspection generale aux en- seignements artistiques (IGEA), Martine Loyau, Georges Breviere et Fran5ois Weill pour le Syndicat national des graphistes. Une donnee ignoree alors en mai 1997 doit etre signalee dans un delai de trois ans, les ecoles de Pau et de Cambrai, preparant toutes deux a un DNAT option design graphique, risquent de dis- paraitre. Ces fermetures creeraient un precedent mettant en cause la coherence du reseau des ecoles dont la richesse et la diversite ne cessent pourtant d'etre rappelees.

Signes - Bulletin Ars Publica fr | 1998 | | page 20