m «H-* les huit variétés de la vision photographique 1. la vision abstraite par la création lumineuse optique, Ie photogramme, comme la plus fine gradation des valeurs a la fois clair-obscur et de couleur. 2. la vision exacte, par la fixation normale, des apparences des choses: reportage. 3. la vision rapide, par la fixation des mouvements de moindre durée: l'instantané. 4. la vision lente, par la fixation, des mouvements d'une plus grande durée, par ex. les traces lumineuses faites par les phares des automobiles sur une route, temps plus long d'exposition. 5. la vision intensifiée a) par la microphotographie, b) par la philtrophotographie de manière que par les variations de composition de la surface sensible cela per- mette aux potentialités photographiques d'être augmentées dans différentes voies régions trés éloignées situées dans la brume ou dans les fumées; même iusqu'a la photographie dans l'obscurité absolue: photographie infra-rouge. 6. la supervision par Ie moven des rayons x: radiographie. 7. la vision simultanée par moyen de superimposition transparente: Ie procédé futur du photomontage automatique. 8. la déformation optique »ou la farce optique« qui peut être produite automatiquement a) pendant la prise de vue par l'objectif, respectivement par Ie prisme, ou Ie miroir réflecteur; ou b) après la prise par une manipulation mécanique et chimique du négatif. a quoi sert cette énumération? qu'est-ce qu'elle nous apprend? que des possibilités les plus étonnantes peuvent être découvertes dans la matière photographique. I'analyse detaillée de chacun de ces aspects nous fournit une quantite d'indications de valeur en ce qui concerne leur appli cation, leur aiustement, etc., mais nos recherches nous conduiront dans une autre direction dans laquelle nous voudrions découvrir quelle est l'essence et la signification de la photographie. la vision nouvelle toutes les interprétations de la photographie ont été influencées, par les conceptions esthétiques et philosophiques qui se trouvaient dans la peinture et étaient pour longtemps également applicables a la pratique de la photographie. elle travaillait dans la dépendance plutöt rigide des formes traditionelles de la peinture et parcourait comme celle-ci tous les stades de »ismes« artistiques. cependant ce n'était pas a son avantage, paree qu'on ne peut imposer pour touiours les constructions d'esprit et la pratique des périodes passée aux découvertes nouvelles. quand cela arrive, toute activité productive est arrêtee. cela a été prouvé nettement dans Ie cas de la photographie qui n'a apporté aucun résultat de valeur, excepté dans les domaines (travail scientifique, par exemple) ou elle a été employée sans aucune ambition artistique. c est la seulement ou elle se montrait un pionnier de développement original en cette connexion qui lui était particulière, on ne peut proclamer assez fort, comme il est indifférent pour nous, si la photo graphie produit »l'art« ou non. dans ses propres lois (et non dans les opinions des critiques d'art) sera Ie critère de sa valeur future. c est déia suffisamment sans précédent que cette chose »mécanique« qu'est la photographie puisse être regardée dans Ie sens artistique et créateur, et se développant a peine en cent années qu'elle ait conquis Ie pouvoir et soit devenue la forme obiective visuelle du temps, auparavant Ie peintre avait imposé la forme de la vision de son époque, souvenons-nous de la manière dans laquelle nous etions habitués a regarder les paysages et comparons-la a notre vision actuelle. imaginons-nous aussi les portraits photographiques trés nets couverts de pores et fleuris de rides de nos contemporains; ou bien les prises aeriennes d'un transatlantique se mouvant dans des vagues immobili- sées dans la lumière ou la photographie agrandie d'un tissu, les délicatesses ciselées d'une simple buche de bois et tous les détails magnifiques des structures, des textures et des factures de n'importe quel objet que nous choisissons. la nouvelle expérience de l'espace a travers la photographie (et plus encore par Ie film) nous avons acquis aussi de nouvelles expériences de l'espace, avec leur aide et celle des nouvelles ecoles d'architecture nous avons atteint a l'élargissement et a la sublimation de notre appréciation de l'espace. par la compréhension de la nouvelle culture de l'espace grace aux photographes l'humanité a acquis Ie pouvoir de percevoir son entourage et sa vraie existence avec des yeux nouveaux. Ie point culminant mais tout cela ne sont que des traits et des actes isolés, pas tout a fait différents de ceux de la peinture. cependant dans la photographie, il ne faut pas chercher »le tableau* ni l'esthétique de la tradition, mais 1'instrument idéal de l'expression se suffisant a elle-même pour l'éducation. 14

Telehor cs | 1936 | | page 16